BFM Business

Les équipementiers aussi attendent le plan Montebourg

Les sous-traitants de rangs 2 et 3, très dépendants du marché français, se battent pour leur survie.

Les sous-traitants de rangs 2 et 3, très dépendants du marché français, se battent pour leur survie. - -

Le ministre du Redressement productif doit dévoiler ce 25 juillet son plan d’aide à la filière automobile. Si les constructeurs sont particulièrement visés, l’ensemble du secteur attend des mesures en sa faveur.

Arnaud Montebourg présentera ce mercredi matin en conseil des ministres le plan d'aide du gouvernement à la filière automobile. Les constructeurs devraient certes bénéficier de nouvelles mesures en faveur des véhicules "propres et innovants", mais c’est bien l'ensemble de la filière qui est concerné.

Derrière Renault et PSA, il y a un nombre impressionnant d'entreprises qui dépendent directement du secteur de l'automobile. Les équipementiers de rang 1, comme Valeo et Faurecia, sont préservés: ils profitent de leurs implantations internationales pour compenser la faiblesse du marché européen. Mais les équipementiers de rangs 2 et 3, eux, se battent quotidiennement pour leur survie.

Plus de moyens accordés à la PFA

Le gouvernement devrait prendre différentes initiatives dont ils pourraient profiter. Des prêts bonifiés notamment, ou la mise en place d’un fonds de modernisation des équipementiers. Et la Plateforme de la filière automobile (PFA), mise en place lors de la crise de 2009 pour faciliter les échanges entre les acteurs de la filière pour renforcer leur compétitivité, devrait voir ses moyens renforcés.

Selon nos informations, les constructeurs eux-mêmes pourraient être de nouveau mis à contribution. Le gouvernement devrait revisiter les relations entre donneurs d'ordres et sous-traitants en demandant aux constructeurs de réduire encore les délais de paiements, ou encore de partager avec leur sous-traitant les coûts de R&D...

Mathieu Sevin