BFM Business

Les chantiers navals de Saint-Nazaire devraient être vendus avec tout le groupe STX

La filiale française de STX est la seule à être rentable

La filiale française de STX est la seule à être rentable - Jean-Sébastien Evrard - AFP

La justice sud-coréenne a indiqué ce mardi qu'elle chercherait à vendre en un seul bloc le groupe STX et sa filiale tricolore.

Le tribunal sud-coréen chargé de la procédure de redressement de STX Offshore and Shipbuilding a déclaré mardi qu'il "cherch(ait) à vendre" en un seul bloc le groupe sud-coréen et sa filiale française à la santé florissante, les chantiers navals de Saint-Nazaire.

Le fleuron français est la seule unité rentable de STX Offshore & Shipbuilding, qui a demandé en mai son placement en redressement judiciaire.

Initialement, le groupe sud-coréen, qui fait face à de sérieuses difficultés sur le plan économique, avait fait part de son intention de vendre séparément STX France dans le cadre de son programme global de redressement mais le tribunal de commerce du district central de Séoul a fait connaître sa préférence pour une vente groupée.

Une décision annoncée cette semaine

"Le tribunal cherche à vendre STX Offshore en bloc avec STX France", a déclaré à l'AFP le juge Choi Ung-Young, qui fait office de porte-parole de cette instance judiciaire. Une décision à cet effet pourrait être annoncée "cette semaine", a-t-il ajouté.

Le tribunal convoquera ensuite le 11 novembre les banques créancières de STX Offshore et les autres parties intéressées pour qu'elles donnent leur feu vert à cette proposition de vente et au plan général de restructuration du groupe. Si ce scénario l'emporte, c'est le groupe chinois Gentig qui pourrait remporter la mise. Il a face à lui un autre Chinois associé à un fonds britannique.

Mais si la France parvient, contre toute attente, à récupérer STX France, un autre scénario se dessine. Bercy a en effet validé plusieurs dossiers de reprise. Celui qu'a déposé le néerlandais Damen, mais aussi le projet commun de MsC croisière et Royal Caribbean. Autre possibilité, une participation de DNCS. Encore faudrait-il que l'État trouve une solution juridique pour récupérer STX France.

2.600 salariés français concernés au premier chef

STX Offshore possède les deux tiers de STX France depuis 2008, le tiers restant étant aux mains de l'Etat français. STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande globale en berne.

STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est lui en pleine forme. L'entreprise dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec 14 paquebots de croisière à construire d'ici 2026 pour deux gros clients, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean.

J.-B. H. avec AFP