BFM Business

Le plus gros porte-conteneurs français est aussi le plus high tech

Les informations collectées par les capteurs installés sur les conteneurs intéressent différents acteurs du transport : du chargeur au client final en passant par l’assureur de la cargaison.

Les informations collectées par les capteurs installés sur les conteneurs intéressent différents acteurs du transport : du chargeur au client final en passant par l’assureur de la cargaison. - Melmif Pthotography

Le Bougainville, long de 400 mètres, suivra en permanence l'état de ses 18.000 conteneurs, grâce à des capteurs connectés. Il sera inauguré au Havre, mardi 6 octobre.

Le traçabilité des conteneurs, y compris le suivi de leur température à bord, sera possible sur toutes les mers du globe. C'est l'une des grandes innovations du plus gros porte-conteneur battant pavillon français, que François Hollande inaugurera au Havre, le 6 octobre prochain.

Le Bougainville du groupe français CMA CGM avec ses 400 mètres de long (Soit quatre terrains de football), est sorti des chantiers navals coréens de Samsung, il y a à peine un mois.

Outre son gigantisme (jusqu'à 18.000 conteneurs) ce navire joue la carte de la technologie dernier cri. Un atout dans la guerre commerciale sans merci que livre l'armateur français à ses puissants rivaux (Maesk, MSC) dans le transport maritime de conteneurs.

Pour la première fois au monde, selon l'armateur, le Bougainville emportera des conteneurs dotés de petits capteurs capables de remonter en permanence des informations sur leur état. Ces conteneurs peuvent échanger des données entre eux et avec le navire grâce à des antennes relais.

Surveiller la température des conteneurs réfrigérés

Les informations collectées sont aussi bien la position géographique, que les variations de température, le taux d’humidité, les vibrations auxquelles sont soumis les conteneurs, les chocs ou les effractions, voire des informations à caractère douanier et règlementaire. 

L'armateur en fait un atout supplémentaire dans le cadre du transport réfrigéré de matières périssables. Ces capteurs pourront contrôler et ajuster, à distance, la température des conteneurs réfrigérées.

Toutes ces données collectées intéressent au premier chef les différents maillons du transport maritime de conteneurs : le chargeur, la transitaire, le client final, voire l’assureur de la cargaison. La CMA CGM centralisera ces informations qu'elle pourra leur retransmettre.

Ce sont surtout les incidents de parcours qui intéressent ces acteurs du transport. En étant averti au plus tôt d'un retard ou d'une détérioration de sa cargaison, le client final pourra mieux en anticiper les conséquences.

La technologie employée a été développée par Traxens, start-up marseillaise dans laquelle l'armateur français a investi financièrement.

Frédéric Bergé