BFM Business

Le marché automobile européen tire un trait sur la crise

Renault progresse davantage que PSA, mais vend moins en valeur absolue.

Renault progresse davantage que PSA, mais vend moins en valeur absolue. - Andrei Smirnov - AFP

Les automobilistes européens ont continué d'acheter en février plus de voitures que le mois dernier, en particulier en Espagne, en Italie et en Grande-Bretagne.

Le marché de l'automobile européen se rapproche de son niveau de 2008, avant son sévère passage à vide. Les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne ont crû de 7,3% en février grâce notamment à une progression à deux chiffres des marchés espagnol, italien et britannique, a annoncé mardi l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).

Dans un marché européen qui confirme son bon démarrage en 2015, les constructeurs français ont enregistré des performances contrastées. Renault a fait mieux que la moyenne avec 9,9% de croissance tandis que PSA Peugeot Citroën restait quasi stable (+1,1%). Mais PSA vend toujours plus en valeur absolue: 106.000 véhicules pour Peugeot et Citroën contre 87.000 pour Renault et Dacia.

En progression, l'alliance dirigée par Carlos Ghosn fait fort puisque c'est la marque Nissan qui signe la plus belle performance européenne en février, avec des ventes en hausse de 28,8%. Loin devant Volkswagen (+11,1%) ou BMW (+16,8%). 

La France à la traîne

Depuis 18 mois consécutifs, le marché est en hausse. Au total, 924.440 voitures particulières ont été mises sur la route dans l'Union européenne le mois dernier, ce qui reste toutefois en deçà des plus de 1,1 million qui l'avaient été en février 2008, avant la crise financière qui a eu des effets particulièrement dévastateurs sur les marchés du sud de l'Europe. 

Ces derniers contribuent en revanche à la reprise. L'Espagne a immatriculé 26,1% de voitures en plus qu'en février 2014; en Italie, la hausse est de 13,2%; le Portugal, avec des volumes certes faibles, affiche la plus forte progression dans l'Union avec 35,6%.

La France, troisième marché européen, compte parmi ceux qui ont connu la progression la plus faible, à 4,5%. Elle est largement devant la Belgique, l'Estonie et la Finlande, où les ventes de voitures ont reculé par rapport à l'année dernière. Mais elle fait moins bien que les deux plus vastes marchés européens, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, où les immatriculations ont crû respectivement de 6,6% et 12%.

Sur les deux premiers mois de l'année, les immatriculations européennes d'automobiles neuves ont augmenté de 7% par rapport à la même période de 2014. En janvier, la hausse avait été de 6,7%. L'ACEA note que février 2015 marque le 18e mois consécutif de croissance du marché.

N.G. avec AFP