BFM Business

Le marché automobile européen a retrouvé son niveau d'avant la crise

Renault s'est très bien porté en février.

Renault s'est très bien porté en février. - STR - AFP

L'Europe a retrouvé en février des niveaux de ventes de voitures équivalent à ceux d'avant la crise de 2008. PSA reste deuxième derrière Volkswagen, malgré les déboires de DS.

Le marché automobile européen a progressé de 2,2% en février par rapport au même mois de 2016, un rythme "modeste" mais qui lui permet de presque retrouver son niveau d'avant la crise de 2008, selon des statistiques publiées ce jeudi.

Alors que 1,08 million de voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de l'Union européenne le mois dernier, la progression sur deux mois reste vigoureuse avec 6,2% pour atteindre 2,25 millions d'unités, a précisé l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) dans un communiqué.

"En février, la demande pour les voitures particulières dans l'UE n'a augmenté que de façon modeste", a relevé l'ACEA, notant aussi que plusieurs grands marchés nationaux comme la France (-2,9%), l'Allemagne (-2,6%) et le Royaume-Uni (-0,3%) "se sont moins bien comportés que lors du mois de février précédent, en partie à cause d'un jour ouvré en moins" qu'en 2016.

DS en perdition

Côté constructeurs, le groupe Volkswagen est resté de loin le premier groupe européen en février, régnant sur 23% du marché, mais ses volumes se sont contractés de 1%. Sa principale marque, du même nom, a plongé de 6,6% le mois dernier, compensée en partie par Seat (+14,5%) et dans une moindre mesure Audi (+2,4%).

Derrière lui, le groupe PSA voit ses ventes se replier de 3,1% mais reste le deuxième constructeur européen en part de marché (10,7%), ses marques connaissant des destins contrastés. Peugeot recule ainsi de 3,7% tandis que Citroën est dans le vert (+1,7%) et DS, encore en manque de nouveautés commercialisées, en perdition (-36,4%).

Dacia et Renault en forme

PSA, qui a créé la sensation début mars en annonçant le rachat à General Motors de ses activités européennes (Opel et Vauxhall), progresse de 1,7% en volumes écoulés depuis janvier.

Le groupe Renault (+6,8%) a mieux tiré son épingle du jeu en février, profitant de la forme de la marque au losange (+5%) et encore plus de l'enseigne "low cost" Dacia (+11%). Lada, sa marque russe confidentielle en volume avec seulement 344 unités contre 79.700 à Renault, voit ses livraisons bondir de 42,7%.

Croissance de 7% sur l'année

L'entreprise dirigée par Carlos Ghosn, en pleine tourmente en France pour des soupçons de "stratégies frauduleuses" aux émissions polluantes comme Volkswagen, détient 10,4% du marché automobile du Vieux continent en février et voit ses livraisons progresser de 8,5% sur deux mois.

Le marché européen des voitures neuves avait bouclé 2016 sur une croissance de 6,8%, lui permettant d'atteindre 14,64 millions d'unités, soit presque le niveau de 2008, année du déclenchement d'une grave crise économique. A son plus bas en 2013, il était tombé à 11,8 millions.

N.G. avec AFP