BFM Business

Le français obligatoire pour tous les vols à destination du Canada?

A bord d'un vol international, un couple de Canadiens francophones a commandé un 7Up. Personne ne parlant français à bord, on leur a servi un Sprite.

A bord d'un vol international, un couple de Canadiens francophones a commandé un 7Up. Personne ne parlant français à bord, on leur a servi un Sprite. - Phillip Kalantzis Cope - Flickr - CC

Un député canadien va déposer un projet de loi pour obliger les compagnies aériennes qui opère des vols internationaux depuis ou vers le Canada à s'adresser aux passagers aussi bien en français qu'en anglais.

Tout a commencé par un quiproquo dans un avion d'Air Canada assurant la liaison Charlotte (Caroline du Nord)-Toronto. Un couple de Canadiens -francophones- demande à boire du 7Up. Et l'hôtesse qui ne parle pas la langue de Molière leur sert un Sprite. Les deux passagers sont outrés que personne ne soit capable de comprendre le français dans cet avion. Il intente un procès à la compagnie. Et le perd. La Cour suprême les déboute en 2014.

Certes, la justice reconnaît qu'Air Canada a manqué aux obligations que lui impose la loi canadienne sur les langues officielles, mais la Cour estime qu'elle ne peut pas condamner la compagnie dans la mesure où il ne s'agissait pas d'un vol entre deux villes canadiennes. Du coup, un député canadien a décidé de déposer un projet de loi obligeant les compagnies aériennes à disposer de personnel de bord francophone y compris sur les vols internationaux depuis ou vers le Canada. L'information a été révélée jeudi 23 avril par Le Journal du Québec

"Être capable de commander un 7Up en français sur un avion est un droit fondamental au Canada et tous les Canadiens devraient être en mesure de poursuivre les compagnies si ce n’est pas le cas" insiste Stéphane Dion, l'auteur du texte. Au Canada, il existe une Loi sur les langues officielles. Elle a pour but d'assurer "le respect du français et de l'anglais à titre de langues officielled du Canada, leur égalité de statut et l'égalité de droits et privilèges quant à leur usage dans les institutions fédérales". Cela veut dire que n'importe quel service doit pouvoir être assuré aussi bien en français qu'en anglais.

N.G.