BFM Business

Le dézonage des forfaits Navigo étendu aux vacances scolaires

Aux prochaines vacances de Pâques, les abonnés au pass navigo vont pouvoir circuler en Ile-de-France sans tenir compte des zones de validité/

Aux prochaines vacances de Pâques, les abonnés au pass navigo vont pouvoir circuler en Ile-de-France sans tenir compte des zones de validité/ - -

Le Syndicat des transports d'Ile-de-France a voté, le 5 mars, l'extension du dézonage du pass Navigo pendant les vacances de Noël, d'hiver ou de Pâques. Mais la région n'a toujours pas trouvé les ressources pour l'étendre à l'année malgré sa promesse électorale.

Lors des prochaines vacances scolaires de Pâques, du 12 au 27 avril en région parisienne, les détenteurs d'un forfait Navigo au mois ou annuel, ainsi les que les bénéficiaires des forfaits solidarité, vont pouvoir emprunter librement le réseau de transport francilien, sans tenir compte des zones de validité de leur forfait.

Le conseil du Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France) a, en effet, voté, le 5 mars, l'extension du dézonage aux "petites" vacances scolaires (Toussaint, Noël, Paques …).

Concrètement, un Parisien ayant un abonnement à 67,10 euros pour les zones 1 à 2 pourra se rendre sans surcoût à l'aéroport Charles de Gaulle ou au parc de Disnelyand, situés pourtant en zone 5.

Cette mesure vient compléter les périodes de dézonage déjà mise en place les années passées, c'est à dire le week-end et un mois au cœur de l'été. Au total, 170 journées par an sont offertes aux Franciliens.

6 millions d'euros pour dezoner les petites vacances

L'objectif du Stif serait d'arriver au dézonage toute l'année pour que tous les usagers des transports payent le même abonnement. Une promesse électorale de Jean-Paul Huchon, le président PS de la région Ile-de-France, qui a pour l'instant été abandonnée. "Nous avançons à petit pas", reconnaît-on au sein de la Région Ile-de-France.

Car le coût de ce dézonage annuel, estimé entre 300 à 500 millions, n'a pas trouvé de financement.

Jusqu'à présent, les mesures de dézonage ont été financées sur les derniers propres de la région, soit près de 30 millions l'année passée. Et l'élargissement cette année aux petites vacances va coûter 6 millions d'euros (mais 9 millions en année pleine).

La région voudrait donc augmenter la participation des autres contributeurs au budget. Mais les marges de manœuvre sont réduites. Le versement transport, la taxe acquittée par les entreprises et les organismes de plus de 9 salariés, est la piste privilégiée. Actuellement, il existe 3 taux (2,7%, 1,8% et 1,5%) selon les zones géographiques, que la région souhaiterait harmoniser. Cette modification permettrait de dégager 800 millions d'euros de recettes supplémentaires.

Coralie Cathelinais