BFM Business

Le "bonus" du PDG sortant d'Air France-KLM passe mal

"Alexandre de Juniac a vu sa rémunération augmenter de 65% en 2015 grâce à une part variable, prévue dans son contrat. Le PDG du groupe franco-néerlandais a ainsi gagné, l'an passé, plus de 1 million d’euros."

Alors que la tension sociale est encore vive -notamment du côté d’Air France- la nouvelle risque d’être diversement appréciée. La rémunération d’Alexandre de Juniac, le PDG d’Air France-KLM, a en effet été fixée au titre de l'année 2015 à 1,062 million d'euros, soit une hausse de 65%. Le tout grâce à une part variable indexée sur les résultats financiers, selon le document de référence du groupe. En 2014, sa rémunération s'était élevée à 645.000 euros.

Pour rappel, le dirigeant a annoncé début avril qu'il quitterait cet été ses fonctions de PDG pour rejoindre l'association du transport aérien international (IATA).

Dans le détail, la rémunération d’Alexandre de Juniac est composée d'une part fixe de 600.000 euros et d'une rémunération variable qui a atteint, en 2015, 462.000 euros, toujours selon le document. Cette part variable repose principalement sur "la performance quantitative -l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) et le free cash-flow étant supérieurs au budget" et de façon plus marginale sur la "performance qualitative".

"Une injustice absolue"

Ce dernier critère concerne "la mise en oeuvre de la stratégie du plan "Perform 2020" y compris la stratégie de développement du low-cost, des partenariats long-courrier, et de la maintenance, satisfaction des passagers et progrès dans le processus d'intégration du groupe".

Le groupe franco-néerlandais a en effet renoué avec les profits en 2015 pour la première fois depuis 2008, avec un bénéfice net de 118 millions, après 225 millions de pertes l'année précédente. Pour opérer ce redressement, Alexandre de Juniac a engagé un premier plan de restructuration, "Transform 2015", en 2012, qui s'est notamment traduit par la suppression de 5.500 postes.

Un second plan, baptisé "Perform 2020", lui a succédé, mais il a donné lieu à des négociations tendues avec les syndicats. Des syndicats qui n'ont pas attendus longtemps pour réagir à la publication du salaire de leur PDG. "Cette augmentation au chiffre incroyable relève d'une injustice absolue" s'est insurgé le SPAF (syndicat des pilotes d'Air France) dans un communiqué. Et d'ajouter: “Il est regrettable que subsistent au sein du haut-management des pratiques en totale déconnexion avec la situation de l’entreprise telle que décrite par ces mêmes dirigeants".

Y.D. avec AFP