BFM Business

La SNCF va enregistrer les conversations de ses aiguilleurs

L'idée de la SNCF est de disposer de davantage d'informations lors d'un accident comme ici en août 2015 à Noyal sur Vilaien, près de Rennes.

L'idée de la SNCF est de disposer de davantage d'informations lors d'un accident comme ici en août 2015 à Noyal sur Vilaien, près de Rennes. - Jean-Sébastien Evrard - AFP

Cette décision permettra au groupe de disposer de plus d'informations lorsqu'un accident se produira sur le réseau.

La SNCF va enregistrer les conversations téléphoniques des postes d'aiguillage. Une démarche qui peut paraître intrusive mais qui, en cas d'accident, lui permettra de disposer d'éléments supplémentaires pour en déterminer les causes, a indiqué mardi SNCF Réseau, confirmant une information des Échos.

Des enregistreurs de conversation seront progressivement installés dans les postes d'aiguillage, à partir de la fin de cette année, selon le gestionnaire d'infrastructure SNCF Réseau, qui met en avant des raisons de sécurité.

Cette mesure correspond à une recommandation formulée à plusieurs reprises par le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

Les craintes de "flicage" des cheminots

L'objectif, en effet, est de "disposer en cas d'incident d'éléments factuels afin de déterminer les causes, et faciliter les retours d'expérience. Les enregistrements seront conservés pour une durée de deux mois. Ce délai passera à un an si le poste d'aiguillage est impliqué dans un incident, et à dix ans en cas d'accident grave", détaille l'article des Échos.

Fin 2016, cent postes d'aiguillage, parmi les plus utilisés du réseau, seront concernés, puis cent autres l'année suivante. Le reste suivra au rythme des changements de technologie de communication.

Par ailleurs, précise le quotidien économique, "toutes les précautions demandées par la CNIL (Commission nationale informatique et liberté, NDLR) ont également été respectées, afin de désamorcer les craintes de 'flicage' de la part des cheminots".

Ainsi, "le nombre d'agents habilités à avoir accès aux enregistrements est strictement restreint. Une mention indiquant que la conversation est susceptible d'être enregistrée sera apposée sur tous les postes téléphoniques concernés, y compris ceux situés à l'extérieur, près des voies ou des passages à niveau".

J.M. avec AFP