BFM Business

La grève du personnel s'enlise et devrait coûter très cher à Air France

Ajoutant quatre jours de grève en avril, l'ensemble des syndicats d'Air France durcissent leur position. La réunion de ce jeudi 5 avril, entre la direction et les seuls syndicats de pilotes s'est soldée par un échec. Chaque jour de grève lui coûtant entre 20 et 26 millions d'euros, l'enlisement du conflit social fait craindre une facture finale salée.

Le conflit salarial à Air France s'est encore durci et s'enlise. Après l'annonce, par dix syndicats de tous métiers, de quatre journées de grève supplémentaires, les 17 et 18 avril puis les 23 et 24 avril, la rencontre ce jeudi 5 avril entre la direction et les seuls syndicats de pilote s'est soldée par un échec. Leurs représentants réclamaient une augmentation de 6% comme pour les autres catégories de personnel de la compagnie mais revendiquaient en plus une revalorisation de certaines rémunérations annexes qui conduiraient pour les seuls pilotes à une hausse de 10,7%.

"Hors de question a répondu la direction" selon la chaîne BFMTV, présente au siège d'Air France à Roissy où se déroulait la réunion. La direction a décidé d'appliquer en 2018 une augmentation générale -la première depuis 2011- de 0,6% au 1er avril et 0,4% au 1er octobre 2018. Avec les augmentations individuelles (1,4% pour les personnels au sol) et l'intéressement (130 millions d'euros), l'entreprise affirme redistribuer "200 millions d'euros" à ses salariés. 

Selon l'intersyndicale, le conflit a déjà coûté 100 millions

Les organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et SUD), ont déjà mené quatre jours de grève (22 février, 23 et 30 mars, 3 avril) et en ont programmé trois autres (7, 10 et 11 avril) et quatre autres (17, 18, 23 et 24 avril), soit onze jours au total.

La compagnie aérienne avait estimé à environ 26 millions d'euros le coût de la première journée de grève, le 23 février, lors de laquelle un quart des vols avait dû être annulé. Contactée, la direction a précisé que la facture (le manque à gagner) d'un jour de grève variait de 20 millions à 26 millions d'euros.

La satisfaction des revendications coûterait 240 millions l'an

"En venant une fois de plus les poches vides, en ne faisant aucune proposition réaliste, la direction persiste dans la confrontation et assume de faire durer la grève", sachant que "cet entêtement a déjà fait perdre 100 millions d'euros à Air France", affirme l'intersyndicale.

Au total, la facture des onze jours de grève pour la compagnie pourrait dépasser 200 millions d'euros. Ce montant s'approche de l'estimation par la direction d'Air France de ce que coûterait la satisfaction de la revendication de l'intersyndicale soit, selon ses calculs, un renchérissement des coûts s'élevant à environ 240 millions d'euros par an...

Frédéric Bergé