BFM Business

L’État assure qu'il ne paiera pas les licences de taxis

Laurent Grandguillaume a confirmé à BFM Business que les licences seront rachetées par un fonds de garantie, non par l'État.

Laurent Grandguillaume a confirmé à BFM Business que les licences seront rachetées par un fonds de garantie, non par l'État. - Kenzo Tribouillard - AFP

"Selon l’AFP, l’État a confirmé qu’il rachèterait les licences de taxis des artisans. Non, réagit Laurent Grandguillaume, médiateur du dossier. Ces rachats passeront par un fonds de garantie financé par la profession."

Alors qu’à Toulouse, les taxis poursuivent leur mouvement, la réunion qui s’est tenue avec Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, vient d’aboutir à un accord. Selon l’AFP, "l’État s’est engagé à racheter les licences des artisans taxis qui le souhaitent".

Contacté par BFM Business, Laurent Grandguillaume, le médiateur nommé par le Premier ministre pour gérer le dossier taxi/VTC, fait une précision de taille. "C'est effectivement le fonds de garantie qui interviendra, et non l'État". Rappelons que le montant estimé pour les indemnisations s'élève à 4,5 milliards d'euros.

Ce fonds de garantie, qui a été proposé dès la nomination du médiateur sera donc financé comme prévu par les professionnels, les taxis comme les VTC, mais aussi les grandes centrales de réservation comme les plateformes numériques.

Pascal Samama