BFM Business

L'avion hypersonique de Boeing pourra rallier New York à Londres en 2 heures

L'avion, qui ne devrait pas réaliser ses premiers vols commerciaux avant vingt ou trente ans, pourrait atteindre la vitesse de 6174 km/h à une altitude de 28,9km.

C’est un premier aperçu qui permet de rendre compte de l’ambitieux projet de Boeing. À l’occasion d’une conférence de l’Americain Institute of Aeronautics and Astronics à Atlanta, L’avionneur américain a dévoilé cette semaine une image de son concept d’avion hypersonique qui se veut, cinquante ans après, le successeur du célèbre Concorde.

Alors que l’avion franco-britannique était capable d’atteindre une vitesse de croisière de Mach 2,02 (2145 km/h) à une altitude de 16km, l’appareil de Boeing pourrait se déplacer à Mach 5 et plus pour atteindre 6174 km/h à une altitude maximale de 28,9km. Autrement dit, il pourra rallier Los Angeles à Tokyo en trois heures et New York à Londres en seulement deux heures.

L’avion de Boeing pourra être utiliser pour le transport de passagers, de marchandises, voire même pour le transport militaire. Malheureusement, il ne devrait pas voir le jour sur le marché avant 20 à 30 ans.

Plusieurs années de développement et d'expérimentation

Pour que la surface de la carlingue soit la plus lisse possible, l’avion ne disposera pas de hublots. Ces derniers seront remplacés par des écrans qui diffuseront en direct la vue extérieure et qui permettra aux passagers d’admirer "la courbure de la Terre et le vide spatial", rapporte La Depêche. "Ce sera une belle vue", a assuré Kevin Bowcutt, directeur de la recherche et de la technologie supersonique chez Boeing. Aussi, l’avion devrait être conçu en titane afin de résister aux fortes températures et éviter les frictions.

"Boeing s'appuie sur six décennies de travail dans la conception, le développement et le vol de véhicules hypersoniques expérimentaux, ce qui fait de nous la société idéale pour diriger les efforts visant à commercialiser cette technologie dans le futur", a indiqué Kevin Bowcutt.

L'avionneur américain semble effectivement bien positionné pour s’imposer dans ce secteur. En 2004, il a déjà battu le record mondial de vitesse avec son X-43 Scramjet qui a atteint la vitesse de 11.236,68 km/h. Six ans plus tard, le X-51, un prototype d’avion sans pilote hypersonique équipé d’un superstratoréacteur, effectuait son premier vol.

Concurrence féroce dans le supersonique

Plusieurs entreprises se livrent une véritable bataille pour s'imposer sur le marché des avions supersoniques. À commencer par le constructeur aéronautique Boom qui travaille actuellement sur un avion capable de rallier Londres à New York en 3h15. Face à lui, l’entreprise HyperMach AeroSpace poursuit dans la discrétion son projet d'avion supersonique capable de voler à Mach 5. Les premiers essais sont prévus pour 2025.

De son côté, Spike Aerospace a déjà effectué les essais de son silencieux Spike S-512 Quiet Supersonic en octobre 2017. L’entreprise vise une commercialisation dès 2023. Enfin, la NASA s’est elle-même vue attribuer des fonds pour développer son propre avion supersonique capable de faire un Paris-New York en 4h30.

P.L