BFM Business

L'aéroport d'Orly se refait une beauté

"Le Premier ministre Manuel Valls visite ce vendredi le chantier qui doit aboutir à la construction d'un bâtiment de jonction entre les terminaux Sud et Ouest. Un investissement de 385 millions d'euros qui doit permettre d'augmenter l'affluence de l'aéroport."

Remettre à niveau l'aéroport d'Orly. Voilà le gros chantier de Paris Aéroport (ex-ADP). Manuel Valls visite ce vendredi 13 mai les travaux de l'extension de l'aéroport.

Un bâtiment de jonction va en effet relier en 2019 les deux aérogares Sud et Ouest, permettant d'accueillir 3,5 millions de passagers supplémentaires. Avec pour but de se maintenir au niveau des standards mondiaux.

L'investissement est ainsi conséquent: 1,5 milliard d'euros ont être dépensés par Paris Aéroport pour moderniser la plateforme et l'offre immobilière d'Orly, selon les Échos. Orly n'avait pas connu de tels efforts financiers depuis les années 70.

30 millions de passagers

L 'aéroport va se doter d'une nouvelle salle d'embarquement, actuellement en construction, et dans laquelle Paris Aéroport a investi 90 millions d'euros. Le bâtiment qui va donc faire office de jonction entre les deux terminaux a lui nécessité 385 millions d'euros d'investissements de la part de Paris Aéroport.

Il accueillera de nombreuses boutiques sur un espace de plus de 5.000 mètres carrés, dont 1.500 serviront à accueillir une enseigne entièrement consacrée aux parfums-cosmétiques et à la gastronomie française. Les travaux vont permettre également aux compagnies aériennes d'assurer des rotations en A380 depuis Orly.

Un chantier qui n'est pas de trop. Orly est à l'étroit: près de 30 millions de passagers y transitent et leur nombre ne cesse d'augmenter. Car sous ses airs un peu vieillots, Orly est plébiscité. À la fois par les passagers grâce à sa position géographique, plus près de Paris, mais aussi par les compagnies aériennes, intéressées par les temps de rotation plus courts qu'à Roissy. D'ailleurs Air France garde jalousement ses créneaux et easyJet préfère payer un peu plus cher que d'obliger ses clients de partir de Beauvais.

-
- © -
Hélène Cornet avec J.M.