BFM Business

L'accusation de Niki Lauda, ex-champion de F1, contre Lufthansa

Niki Lauda croise le fer avec Lufthansa

Niki Lauda croise le fer avec Lufthansa - Andrej Isakovic - AFP

L'Autrichien accuse le géant allemand d'avoir dépouillé la compagnie aérienne Niki de ses avions et de l'avoir "détruite".

Niki Lauda est en colère. L'ex-champion autrichien de F1, reconverti dans les affaires et intéressé par le rachat de la compagnie aérienne Niki en cessation de paiement, a accusé le géant allemand Lufthansa d'avoir dépouillé l'entreprise de ses avions et de l'avoir ainsi "détruite".

"Lufthansa a secrètement récupéré presque toute la flotte" de Niki, a accusé l'homme d'affaires dans une interview au quotidien autrichien Kurier. Selon Niki Lauda, 68 ans, Niki qui disposait jusqu'à très récemment d'une flotte propre de 21 avions et de huit appareils d'un partenaire, n'en aurait plus que "deux ou trois".

Ces avions, ainsi que les créneaux de décollage et d'atterrissage dévolus à la compagnie, constituent ses principaux actifs valorisables. De ce fait, "Niki est détruite" et n'a plus de valeur, estime Niki Lauda qui accuse Lufthansa d'un "plan brutal" sciemment mis en oeuvre.

L'avenir de Niki compromis

L'avenir de Niki et de son millier de salariés est compromis depuis que Lufthansa a renoncé à racheter cette filiale d'Air Berlin en invoquant des réserves des autorités européennes de la concurrence. Niki, placé cette semaine en cessation de paiement, a dû annoncer l'arrêt de ses vols, laissant en plan des milliers de passagers.

Air Berlin a déposé son bilan cet été, déclenchant la mise en vente de ses différents actifs et la quête d'un repreneur pour Niki, compagnie à bas coût jugée rentable par Niki Lauda. L'ex-pilote de F1 a annoncé, après le désistement de Lufthansa, qu'il était intéressé par le rachat de Niki, compagnie à bas coût qu'il avait créée en 2003 avant de la céder à Air Berlin.

Le voyagiste britannique Thomas Cook a également dit envisager le rachat de certaines activités de Niki. Les différentes parties au dossier ont indiqué qu'une solution devait être trouvée rapidement pour sauver l'entreprise.

Niki Lauda ajoute attendre "d'ici lundi matin" des précisions de l'administrateur judiciaire sur la situation des avions. Le groupe Lufthansa, cité par l'agence autrichienne APA, a réagi aux accusations en disant qu'il transmettrait les avions à un éventuel repreneur de Niki "aux conditions du marché".