BFM Business

Idvroom, la solution de covoiturage de la SNCF

Idvroom cible avant tout les trajets quotidiens des utilisateurs

Idvroom cible avant tout les trajets quotidiens des utilisateurs - Capture d'écran idvroom.com

La compagnie ferroviaire donne le coup d'envoi officiel, ce mardi 9 décembre, de son offre de covoiturage francilienne appelée Idvroom. Avec ce projet, la SNCF entend cibler avant tout les trajets courts et réguliers en Ile-de-France.

Jour J pour Idvroom. La SNCF donne officiellement, ce mardi 9 décembre, le coup d'envoi de cette offre de covoiturage en Île-de-France, après avoir déjà lancé le site.

Cette initiative marque un peu plus la volonté de Guillaume Pepy de développer le "porte à porte", segment qui figure en bonne place dans le plan "Excellence 2020", présenté il y a plus d'un an par le patron de la compagnie ferroviaire. "La SNCF fait du gare à gare, or figurez-vous que les gens n'habitent pas dans les gares", expliquait-il alors.

D'où la volonté pour la SNCF de se lancer dans le covoiturage. La compagnie ferroviaire avait déjà racheté en 2013 deux sites: 123envoiture.com et easycovoiturage.com. Fortes de 900.000 membres, ces deux plateformes ont désormais fusionné pour donner naissance à Idvroom.

Les trajets courts ciblés

Ce nouveau service a plusieurs vocations pour la SNCF. S'il propose du covoiturage classique, il se positionne avant tout sur les trajets courts, notamment les déplacements quotidiens entre le bureau et le lieu de résidence de l'utilisateur francilien.

La plateforme propose ainsi à l'utilisateur de choisir entre "un trajet régulier domicile-travail" et un "trajet unique" sur son site.

L'autre but d'Idvroom est de raccorder les personnes éloignées aux gares, en ciblant plus spécifiquement les utilisateurs enclavés, habitant dans des zones moins bien desservies par les transports en commun.

Ne pas concurrencer frontalement BlaBlaCar

Idvroom doit également permettre à la SNCF de se faire une place au soleil face au principal poids lourds du secteur, BlaBlaCar, qui remplit aujourd'hui l'équivalent de 15.000 rames SNCF chaque mois.

Guillaume Pépy avait toutefois assuré, en octobre dernier, que le service n'a pas vocation à concurrencer directement le leader européen du secteur. "Idvroom est conçu pour amener les clients vers les transports en commun. Le covoiturage est parfois le moyen le plus fluide et le moins coûteux pour rejoindre une gare. Les trajets longue distance ne sont pas exclus, mais il ne s’agit pas d’entrer en guerre frontale avec BlaBlaCar", soulignait-il en octobre, cité par les Dernières Nouvelles d'Alsace.

L'enjeu pour Idvroom sera d'atteindre le plus vite possible la taille critique en termes de nombre d'utilisateurs, expliquaient les Echos en septembre dernier. En effet:s'il n'y a pas suffisamment d'offres, l'internaute ne trouve pas chaussure à son pied lors de sa connexion et finit par se décourager. 

J.M.