BFM Eco

Grand Paris Express: La Défense privée de gare à l’ouverture de la ligne 15 ?

Le taux de marge des entreprises française grimpe à nouveau au deuxième trimestre.

Le taux de marge des entreprises française grimpe à nouveau au deuxième trimestre. - Bertrand Guay - AFP

La Société du Grand Paris, chargée de construire le futur super métro autour de la capitale, cherche un "plan B" pour l'emplacement de la station de La Défense. Sa construction particulièrement technique sous le centre commercial des Quatre-Temps devrait prendre 17 ans, alors que la ligne 15 du métro sera mise en service en 2030.

La ligne 15 s'arrêtera-t-elle à La Défense en 2030? La Société du Grand Paris (SGP), chargée de construire le futur métro autour de la capitale, espère trouver un meilleur emplacement pour la station de La Défense, faute de quoi la desserte du quartier d'affaires sera retardée de plusieurs années, a indiqué lundi son président.

Avec les méthodes connues, la construction de la station de La Défense telle qu'elle a été prévue sous le centre commercial des Quatre-Temps devrait prendre près de dix-sept ans car il faudra en reprendre les fondations, a expliqué à des journalistes le président de la SGP Thierry Dallard. Or l'ouverture de cette partie de la ligne 15 du futur supermétro francilien est prévue pour 2030.

"On critique souvent les ingénieurs qui veulent se faire plaisir, mais on va peut-être essayer de trouver une autre solution" en cherchant à proximité un autre site où la construction serait un peu moins compliquée, a relevé le responsable. 

Une décision en fin d'année

"On se donne jusqu'à la fin de l'année, à peu près, pour voir si ça vaut la peine d'engager la procédure pour changer la gare, ou au contraire assumer le fait que ça va être très long de faire celle qui est prévue", a-t-il ajouté.

"On ne va pas retarder toute la ligne à cause de La Défense", mais elle resterait inachevée pendant encore quelques années au niveau du quartier d'affaires de l'Ouest parisien, a reconnu Thierry Dallard. Sans doute jusqu'en 2034, a-t-il précisé à l'AFP.

"Ca serait un peu gênant. D'où mon souci de faire en sorte que la solution alternative marche et puisse être réalisée en même temps que le reste", a résumé le patron de la SGP.

Long de 200 kilomètres et estimé à 35 milliards d'euros, le projet de Grand Paris Express comprend quatre lignes nouvelles de métro automatique, numérotées de 15 à 18, ainsi que des prolongements de la ligne 14, qui doivent ouvrir par étapes entre 2024 et 2030. 

Le nouveau métro prêt pour les JO? 

Mais le patron de la SGP préfère rester prudent pour les tronçons devant ouvrir pour les jeux Olympiques de 2024, et notamment les lignes 16 et 17 en Seine-Saint-Denis, entre le village olympique de Saint-Denis et le centre des médias du Bourget.

"Pour l'instant, on est dans les délais", mais "ça va être tendu, il n'y a pas de marge", a-t-il dit.

Un autre élément en cours de discussion est la transformation du schéma de desserte de la ligne 15. La SGP veut la couper à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) pour en simplifier l'exploitation, et n'avoir qu'une spirale qui partirait de Noisy-Champs (Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne), passerait par Champigny, ferait un grand tour autour de Paris par La Défense et Saint-Denis, et reviendrait faire terminus à Champigny. 

On renoncerait ainsi à une ligne purement circulaire, et certains passagers devraient changer de métro. Cette modification permettrait d'économiser 130 million d'euros, selon Thierry Dallard, qui reconnaît que le sujet est "passionnel". Dernière modification prônée par la SGP, a-t-il mentionné: la mise au sol d'une partie de la future ligne 18, au sud-ouest de la capitale, où est actuellement prévu un viaduc à travers champs. Une telle mesure ferait réaliser environ 100 millions d'euros d'économies, selon lui.

Carole Blanchard avec AFP