BFM Business

Grâce à IBM, les avions pourront échapper aux fortes turbulences

Les avions vont pouvoir éviter les orages.

Les avions vont pouvoir éviter les orages. - indra.kurniawan - Flickr

Avec l'aide d'une société spécialisée dans l'internet haut débit à bord des avions, IBM compte croiser les données météo aux conditions réelles de vols afin d'indiquer aux pilotes d'avions la proximité d'une zone de fortes turbulences plus vite que les contrôleurs aériens.

Les passagers souffrant d'aérodromophobie ou simplement un peu sensibles en avion apprécieront ce projet d'IBM. La société américaine veut, en effet, aider les pilotes d'avion à éviter les zones de fortes turbulences, révèle le Wall Street Journal.

L'idée d'IBM est de recevoir les rapports de turbulences des avions en vol et, grâce à Watson, son programme d'intelligence artificielle, les comparer aux données météorologiques de The Weather Company. L'emplacement de l'avion, la vitesse du vent, la taille de l'orage… Autant de données qui seront prises en compte pour estimer de la dangerosité des turbulences générées. Si besoin, un nouvel itinéraire sera calculé et envoyé à tous les avions dans le même secteur.

Cette transmission d'informations sera, elle, effectuée par Gogo Inc, une entreprise américaine qui fournit de la connectivité et de l'internet haut débit aux avions. Un concept qui se rapproche de celui de Waze, cette application qui permet aux automobilistes de signaler aux autres utilisateurs les accidents, travaux, embouteillage ou encore radar.

Les termes de l'accord entre IBM et Gogo ne sont pas connus, précise le quotidien. Mais les deux entreprises devraient être prêtes à fournir ce service à la fin de l'été.

100 millions de dollars par an

Ce logiciel permettra de réduire le risque d'erreur. Aujourd'hui, lorsqu'un pilote entre dans une zone de turbulence, il envoie un rapport aux contrôleurs au sol qui évaluent la menace et alertent ensuite les autres avions susceptibles d'être touchés. IBM, avec l'aide de Gogo, propose d'automatiser ce processus.

Si les compagnies aériennes sont, bien évidemment, soucieuses du confort des passagers, ce nouveau logiciel leur permettra surtout de faire des économies. D'après IBM, les turbulences coûtent en moyenne 100 millions de dollars par an aux compagnies "à cause des blessures causées aux membres d'équipages et aux passagers, aux réparations et à l'immobilisation forcée de certains avions".

Lorsqu'il a racheté The Weather Company en octobre, IBM avait déjà pour ambition de renforcer son offre d'analyse de données issues d'objets connectés. Big Blue veut vendre les milliers de données météo analysées par Watson aux compagnies d'assurance, au secteur de l'agriculture, etc.

Diane Lacaze