BFM Business

Frédéric Cuvillier: "notre système ferroviaire est menacé"

Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports était l'invité de RMC le 12 décembre

Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports était l'invité de RMC le 12 décembre - -

Le ministre des Transports était l'invité de RMC ce 12 décembre en pleine grève des cheminots contre la réforme ferroviaire. Il a rappelé l'importance de cette réforme alors que notre système perd près de 3 milliards d'euros chaque année.

Les cheminots sont en grève ce jeudi 12 décembre pour dénoncer la réforme ferroviaire engagée par le gouvernement. Sur RMC, Frédéric Cuvillier, le ministre délégué aux Transports, a voulu défendre cette réforme qui prévoit, entre autres, la mise en place d'une société commune regroupant l'actuelle Sncf et Réseau ferré de France (RFF).

" Notre système ferroviaire est menacé", a-t-il déclaré. "RFF a une dette de 32 milliards d'euros et le système ferroviaire perd entre 1,5 et 3 millairds chaque année", a-t-il insisté. Il faut donc un groupe public unifié pour tenter de rationaliser le système, a-t-il poursuivi.

Il a cependant voulu rassurer les cheminots. "Tant que la libéralisation du ferroviaire n'est pas applicable (en France ndlr), il n'y a pas lieu de l'anticiper".

Loyer à Ecomouv'

Le ministre est aussi revenu sur la question des travailleurs détachés qui a donné lieu, lundi 10 décembre, à un accord à Bruxelles à l'initiative de la France. Oui, le transport routier est bien concerné par cet accord, a-t-il précisé contrairement à certaines interprétations. Mais "ce qu'il faut, c'est une harmonisation sociale" afin que les conditions de travail des routiers se rapprochent en Europe.

Il est aussi revenu sur le dossier sans fin de l'écotaxe pour confirmer que l'Etat français paierait " vraissemblablement à partir de janvier" le loyer prévu à la société Ecomouv', sur la base de 230 millions par an". En revanche, il n'a pas voulu donné de date pour l'application de la taxe.

P.C