BFM Business

SNCF : Pépy contraint d'améliorer la productivité

La Sncf a stabilisé ses effectifs en 2012

La Sncf a stabilisé ses effectifs en 2012 - -

Alors que le gouvernement vient de lancer sa réforme ferroviaire, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé, mardi 21 novembre, un plan de près de 300 millions d'euros de réduction des coûts. Tout en promettant la stabilité des effectifs.

Guillaume Pépy, le président de la SNCF, est arrivé avec de bonnes nouvelles, mardi soir 20 novembre, devant les les membres de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale qui l'auditionnaient.

En 2012, l'entreprise dégagera 3 milliards d'euros de marge nette pour un chiffre d'afffaires de 34 milliards. Si bien qu'elle va distribuer un dividende à l'Etat-actionnaire ainsi qu'un dividende salarial à ses 150 000 agents. Celui-ci sera supérieur à l'an dernier où il était de 350 euros.

Frais généraux en ligne de mire

Mais après les bonnes nouvelles, le patron de la SNCF a dû se défendre des coûts excessifs engendrés par le fonctionnement du système ferroviaire dont le déficit est estimé à 1,5 milliard d'euros par an. Il a donc annoncé un plan de réduction des coûts de près de 300 millions d'euros qui sera présenté dans quelques jours.

Ce plan devrait prévoir une réduction des frais généraux de l'entreprise, une réforme des achats ainsi que la vente de certains terrains sous-utilisés. Les gains de productivité devraient permettre de rembourser une partie de la dette cumulée du système ferroviaire, estimé à 40 milliards d'euros.

En revanche, le patron de la SNCF est resté discret sur d'éventuelles mesures sociales, en particulier sur les avantages des cheminots. Guillaume Pépy, au contraire, s'est félicité que, pour la première fois depuis une douzaine d'année, la SNCF "ne connaîtra pas de perte d'emplois en 2012". Elle va même embaucher dans les prochaines semaines 500 contrats d'avenir.

Patrick Coquidé