BFM Business

Frédéric Banzet: "La gamme DS a tiré Citroën vers le haut"

Frédéric Banzet était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce lundi 25 novembre.

Frédéric Banzet était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce lundi 25 novembre. - -

Le directeur général de Citroën était l'invité de BFM Business ce lundi 25 novembre. A l'occasion de l'ouverture d'une concession parisienne uniquement dédiée à DS, il détaille la success-story de la marque mythique.

Citroën inaugure le DS World Paris, ce lundi 25 novembre, rue François 1er à Paris, en plein triangle d'or et à deux pas des Champs Elysées et de l'avenue Montaigne et ses boutiques de luxe.

Cet espace dédié à la gamme "premium" de la marque aux chervons ouvrira ses portes mercredi 27 novembre au public. Il s'agit du second DS World après celui de Shanghai. Contrairement aux traditionnelles concessions, ce lieu est entièrement dédié à la DS. Il s'agit de mettre en valeur cette "success story française", comme l'a défini Frédéric Banzet, directeur général de Citroën, dans GOOD Morning BFM Business ce matin.

La ligne a été lancée en 2009, au moment où "Citroën annonce qu'elle change son image", rappelle Frédéric Banzet. Le constructeur change de logo, et décide d'utiliser le nom DS, un nom "mythique qui incarne notre patrimoine".

400.000 modèles vendus

A l'époque, c'était un pari. "Beaucoup d'observateurs étaient très sceptiques sur le fait qu'un généraliste" parvienne à "faire renouer l'automobile française avec le premium". Mais "quatre ans plus tard, 400.000 modèles DS ont été vendus", se félicite le patron de Citroën: 250.000 DS3, 100.000 DS4 et 50.000 DS5.

Une success story français donc, mais aussi chinoise: "nous avons démarré la production de la DS5 en Chine dans notre usine de Shenzhen". Et d'ailleurs, le DS World parisien qui ouvre ce lundi, est autant dédié aux acheteurs français qu'aux touristes chinois.

Depuis que le concept est lancé, le positionnement de la marque DS n'est-il pas freiné par Citroën? Ce n'est pas "ce que nous disent nos clients", souligne Frédéric Banzet pour qui "au contraire, DS a tiré Citroën vers le haut".

S'il y a une marque légitime pour effectuer ce grand écart, c'est bien Citroën, qui "dans le passé, exposait dans le même show-room, côte-à-côte, une DS et une deux-chevaux", rappelle son directeur général.

N.G. et BFM Business