BFM Business

Emirates exige des garanties industrielles sur l'A380

Tim Clark, le PDG de la compagnie de Dubaï veut être sûr que l'avionneur européen poursuive la production de son très gros porteur avant toute nouvelle commande.

Emirates n'a pas renoncé à commander de nouveaux A380 à Airbus. Mais pas à n'importe quelle condition. Dans un entretien à Reuters le président de la compagnie aérienne dubaïote Tim Clark exige des garanties sur la production de l'A380 d'Airbus dont il est le principal client et de loin avec 142 appareils commandés (dont 100 déjà livrés).

"Je crois que les propriétaires (d'Emirates) se préoccupent de la poursuite (du programme A380). Il leur faut une garantie en bonne et due forme que si on en achète encore, alors le modèle sera maintenu pendant un nombre d'années minimum", explique-t-il à Reuters. Dubaï souhaiterait ainsi qu'Airbus poursuive encore la production d'A380 pendant au moins dix ans, avant de signer la moindre commande.

Des discussions qui se poursuivent

Plusieurs médias avaient rapporté que l'avionneur européen était en bonne voie pour obtenir le week-end dernier une commande d'une quarantaine d'A380 auprès d'Emirates, mettant ainsi fin à une période de vaches maigres (aucune prise de commande en 2016 et jusqu'à présent en 2017). Un espoir qui s'était brutalement envolé dimanche lorsqu'Emirates a pris officiellement commande auprès de Boeing de quarante Dreamliner 787-10, représentant au prix catalogue, une dépense de 15 milliards de dollars.

Ce gros investissement ne signifiait donc pas qu'Emirates renonçait à acheter le très gros porteur d'Airbus. Les discussions entre le constructeur européen et Emirates se poursuivent toujours. "Nous continuons de discuter avec eux", déclare ainsi Tim Clark à Reuters. "Que cela aboutisse dans le courant de la semaine ou dans les mois qui viennent, cela dépend vraiment d'eux", a-t-il ajouté. Une façon de montrer à Airbus, que sa marge de manoeuvre dans la négociation est limitée, puisqu'Emirates n'est pas pressé. 

J.M.