BFM Business

Dans l'automobile et l'aéronautique, 1300 "projets de modernisation" ont été soumis au gouvernement

Daimler et Volvo s'allient pour fabriquer des piles à hydrogène pour les poids lourds.

Daimler et Volvo s'allient pour fabriquer des piles à hydrogène pour les poids lourds. - AFP

Dans le cadre des plans de relance lancés par le gouvernement, les entreprises peuvent obtenir des aides étatiques pour le développement de technologies d'avenir.

Près de 1.300 "projets de modernisation", destinés à imaginer l'industrie de l'avenir, ont été soumis au gouvernement entre 29 juin et le 31 juillet dans les secteurs automobile et aéronautique, a annoncé vendredi à l'AFP la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

Ces projets sont éligibles à des aides directes de l'Etat, s'ils sont retenus par le gouvernement dans le cadre de ses initiatives pour soutenir l'économie affectée par l'épidémie de Covid-19. 

Dans le cadre du dernier projet de loi finance rectificative (PLFR), 200 millions d'euros ont été débloqués à cette fin pour l'automobile et 100 millions pour l'aéronautique dès 2020 en "anticipation du plan de relance" qui sera présenté en conseil des ministres le 25 août, a-t-elle rappelé.

Pour l'aéronautique, les 100 millions sont distincts du fonds d'investissement en capital de 630 millions baptisé Ace Aéro Partenaires, a-t-on précisé au ministère.

6 milliards d'euros d'investissement

Dans le détail, 538 projets ont été soumis dans l'automobile et 759 dans l'aéronautique "pour un montant d'investissement sous-jacent de près de 6 milliards d'euros", selon Bercy.

Les projets soumis seront sélectionnés à partir de la troisième semaine d'août en fonction "de leur maturité, de leur rapidité de déclenchement" ainsi que "de leur impact, puisque l'enjeu, c'est d'accompagner la transformation de ces secteurs" et d'accélérer "la modernisation des équipements", a précisé la ministre, qui a ajouté que l'objectif était aussi "de protéger les compétences et les emplois".

La possibilité de conquérir de nouveaux marchés et l'amélioration de la performance environnementale seront aussi des critères de choix, a-t-elle encore indiqué.

"Camion autonome fonctionnant à l'hydrogène"

"Ce sont plusieurs centaines d'entreprises qui seront concernées in fine" par ces projets de modernisation et qui seront aidées avant la fin de l'année, d'après la ministre pour laquelle "le nombre de dossiers déposés témoigne d'un belle vivacité de notre tissu industriel".

Agnès Pannier-Runacher a cité en exemple sur le secteur automobile le développement "d'un camion autonome fonctionnant à l'hydrogène" tenté par une PME, ainsi qu'une imprimante 3D utilisant du cuivre dans l'aéronautique ou encore "des projets de robots ou de cobots" (robots qui collaborent avec les humains, comme les bras articulés).

Ces deux appels à manifestation d'intérêts lancés dans l'automobile et l'aéronautique, deux secteurs très durement touchés par la crise du Covid-19, ont valeur de test pour le plan de relance.

"Dans les orientations qui seront retenues, on aura la prolongation de ce type de dispositifs" qui pourront concerner l'ensemble des secteurs industriels, selon la ministre.

TL, avec AFP