BFM Business

Comment UPS prévoit de livrer encore plus de colis en France

En 2014, UPS s’est engagé à investir plus de deux milliards de dollars dans son infrastructure logistique européenne jusqu’en 2019.

En 2014, UPS s’est engagé à investir plus de deux milliards de dollars dans son infrastructure logistique européenne jusqu’en 2019. - UPS

UPS investit 25 millions d'euros dans un centre de tri, près de Lyon, traitant jusqu'à 10.000 colis à l'heure. Après l'échec de son OPA en 2013 sur TNT Express, la firme américaine investit dans ses infrastructures en Europe.

Alors que la bataille de la logistique liée à l'e-commerce s'amplifie en Europe, UPS renforce sa présence en France. Son nouveau centre de tri et de distribution de colis, opérationnel près de Lyon, représente, avec 25 millions d'euros et 8.000 mètres carrés, le plus important investissement réalisé par le coursier américain, dans ses infrastructures "industrielles" en France.

Sur ce site, dont l'automatisation le rend capable de trier 10.000 colis à l'heure, la firme américaine dispose d’une flotte de 120 véhicules de livraison. Son centre comprend également 40 postes de chargement et de déchargement de camions, et 132 places de stationnement pour les véhicules de livraison. Ce site appartient à la génération la plus récente des centres de tri d'UPS, bardés de technologies: ses 228 caméras permettent de localiser tout colis en transit dans les bâtiments et un système automatise les flux de véhicules circulant dans la cour du centre.

En Europe, UPS affronte à la fois des concurrents d'envergure européenne comme DHL (groupe Deutsche Bundespost), américaine avec Fedex mais aussi des acteurs locaux, comme le groupe La Poste en France, tandis qu'Amazon intègre la chaîne logistique à coups de rachats ou d'investissements.

UPS avait racheté les points relais Kiala en 2012

Tous ces acteurs sont dopés par l'explosion de l'e-commerce qui a gonflé les besoins de la livraison express satisfaits par de gros centres logistiques, tout en nécessitant de disposer d'un réseau dense de points de livraison pour servir le client. En témoignent le rachat des points relais Kiala par UPS, en 2012, ou la toute récente prise de participation de DHL dans Relais Colis.

L'ouverture du centre UPS près de Lyon s'inscrit dans le cadre de son plan d'investissement de plus de deux milliards de dollars dans son infrastructure logistique européenne jusqu’en 2019.

Ce programme avait été décidé quelques temps après l'échec de son OPA, début 2013, sur le hollandais TNT Express pour 5 milliards d’euros, qui devait créer un géant de la livraison express en Europe. UPS avait renoncé à cette opération après avoir échoué à respecter les exigences édictées par Bruxelles pour autoriser ce rachat.

En 2015, TNT Express a attiré une nouvelle proposition de rachat de la part de Fedex, ce qui pourrait donner naissance à un troisième acteur de poids, derrière l’allemand DHL et l’américain UPS.

Frédéric Bergé