BFM Business

Comment la SNCF a obtenu le contrôle total d'Eurostar

La SNCF va bien obtenir le contrôle total d'Eurostar.

La SNCF va bien obtenir le contrôle total d'Eurostar. - Pascal Rossignol - Reuters

La compagnie ferroviaire a reçu l'aval du gendarme européen de la concurrence pour contrôler à 100% Eurostar. Mais Bruxelles a fixé des conditions très strictes destinées à protéger la future concurrence sur ce trajet.

La SNCF va pouvoir présider seule au destin d'Eurostar. La Commission européenne lui a en effet accordé son feu vert, ce 13 mai, pour prendre le contrôle exclusif de l'entité qui opère les liaisons ferroviaires transmanche. Mais Bruxelles a fixé des conditions strictes: la compagnie ferroviaire française ne devra sous aucun prétexte profiter de sa position pour mettre des cailloux sur les rails d'éventuels concurrents.

SNCF Mobilités, la branche qui opèrent les liaisons par trains, devra donc respecter un certain nombre d'engagements pris auprès du gendarme de la concurrence en Europe. Ces conditions doivent faciliter l'entrée de nouveaux opérateurs ferroviaires sur les routes Londres-Bruxelles et Londres-Paris, dans lesquelles Eurostar est aujourd'hui le seul opérateur.

Dans un premier temps d'ailleurs, la Commission avait estimé que cette opération entraverait la concurrence en renforçant la position dominante d'Eurostar sur les liaisons entre Londres et Paris et entre Londres et Bruxelles. Elle craignait aussi une limitation du choix des services proposés aux voyageurs. Mais les engagements proposés par Eurostar, la SNCF et son homologue belge SNCB, qui détient une part minoritaire du capital, "dissipent ces craintes", a-t-elle indiqué.

La billetterie, l'information, la maintenance et le rail devront être partagés

La compagnie ferroviaire française s'est ainsi engagée à donner accès à ses concurrents aux espaces et aux services de base et transmanche. Il s'agit notamment des services de billetteries et d'information aux passagers. Elle leur fera également profiter de ses centres de maintenance en France, au Royaume-Uni et en Belgique. Les sillons ferroviaires actuellement utilisés par Eurostar aux heures de pointe seront également partagés avec les trains d'éventuels nouveaux entrants.

Depuis sa création en 2010, Eurostar était conjointement contrôlé par la SNCF et le gouvernement britannique. La SNCB (l'équivalent belge de la SNCF) y détient une participation minoritaire. Le 4 mars 2015, Londres a annoncé avoir conclu un accord pour la vente de sa participation de 40% dans Eurostar à une entreprise privée. La SNCF avait pris les devants, et négocié avec Londres un nouveau pacte d'actionnaires qui lui conférerait le contrôle exclusif sur Eurostar.

N.G. avec agences