BFM Business

Cette filiale de la SNCF veut aider les régions à faire jouer la concurrence

SNCF Réseau veut une plus grande concurrence.

SNCF Réseau veut une plus grande concurrence. - Dominique Faget - AFP

Patrick Jeantet, le président de SNCF Réseau en charge de l'infrastructure ferroviaire, juge que l'ouverture à la concurrence va faire baisser les coûts du ferroviaire. Il veut donc donner un coup de pouce aux régions prêtes à faire appel à d'autres opérateurs que la SNCF.

Patrick Jeantet estime que l'ouverture à la concurrence devrait contribuer à baisser les coûts du ferroviaire. Le président de SNCF Réseau souhaite accompagner les régions désireuses de tester d'autres opérateurs que la SNCF. "Plusieurs régions veulent expérimenter la concurrence dans le transport de passagers. J'ai proposé de leur apporter notre expertise", indique Patrick Jeantet dans un entretien aux Échos.

Les régions, chargées des TER, signent un contrat de délégation de service public avec la SNCF. Elles pourront changer d'opérateur à partir de 2023, et plusieurs souhaitent tester la concurrence en amont de cette échéance. Patrick Jeantet souligne que "les équipes de SNCF Réseau vivent déjà la concurrence dans le transport de marchandises (depuis 2006) (...). Sur ces sujets, nous prenons nos décisions en pleine indépendance" du groupe SNCF.

"Rester compétitifs avec l'avion et la route"

SNCF Réseau, qui gère l'infrastructure ferroviaire, et SNCF Mobilité, l'opérateur qui fait circuler les trains, sont deux établissements publics distincts, au sein du groupe SNCF. Selon Patrick Jeantet, "l'arrivée de la concurrence dans le secteur voyageurs permettra (...) de baisser les coûts", afin de "rester compétitifs avec l'avion et la route". Il cite également une réduction des frais de structure et une meilleure productivité.

Quant à la dette de SNCF Réseau, 40,8 milliards d'euros - 8,2 milliards d'euros pour SNCF Mobilité - que le gouvernement a récemment refusés de reprendre, "son financement relève plus de l'État que de moi", estime le patron de SNCF Réseau. Un contrat de performance entre l'État et SNCF Réseau "est en voie de finalisation". Il est "essentiel pour nous donner une visibilité de long terme", et verra "une augmentation progressive des sommes consacrées à la régénération, qui atteindront 3 milliards en 2020", assure Patrick Jeantet.

"Dès 2017, nous serons à 2,6 milliards, auxquels s'ajouteront les montants prévus dans les contrats de plan État-Région dédiés aux lignes régionales, soit à peu près 900 millions d'euros. Si l'on inclut 2,3 milliards environ de maintenance courante, cela fait au total près de 6 milliards par an", détaille-t-il. SNCF Réseau assure "poursuivre les recrutements", et "le recours à l'externalisation va être accru. (...) Nous externalisons également des travaux sur des parties entières de rénovation de ligne, tout en conservant la maîtrise d'ouvrage des opérations. Ces partenariats industriels sont un élément structurant de notre stratégie".

D. L. avec AFP