BFM Business

Ce que la grève des contrôleurs aériens pourrait coûter à Air France

Le coût final de la grève dépendra de la part des voyages reportés ou remboursés

Le coût final de la grève dépendra de la part des voyages reportés ou remboursés - Valery Hache - AFP

Le mouvement de grève des aiguilleurs du ciel qui a eu lieu mercredi et jeudi pourrait donner lieu à une facture de 10 à 20 millions d'euros pour Air France, selon Le Parisien de ce vendredi 10 avril.

C'est une facture dont se serait probablement bien passé Air France. En raison d'une grève des contrôleurs aériens, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) avait recommandé aux compagnies d'annuler 40% des vols mercredi puis 50% jeudi.

Un débrayage qui a évidemment un coût pour les différentes compagnies aériennes. Dans le cas d'Air France, la note pourrait aller de 10 à 20 millions d'euros sur l'ensemble des deux jours de grève, selon Le Parisien de ce vendredi 10 avril.

Certes "tout dépendra de la part des voyages reportés ou remboursés", précise le PDG de la compagnie française, Frédéric Gagey, qui ajoute qu'"il s'agit encore d'une estimation".

Des négociations en vue pour le 13 avril

De plus, la facture pourrait encore s'alourdir puisque le mouvement de grève n'est pas encore fini. Le SNCTA, le premier syndicat parmi les 4.000 contrôleurs aériens, a en effet déposé un préavis pour les périodes allant du 16 au 18 avril, ainsi que du 29 avril au 2 mai.

Entre temps le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, doit rencontrer les aiguilleurs du ciel, lors d'une réunion programmée pour le 13 avril prochain. Une seconde rencontre est également prévue pour la fin du mois d'avril.

Pour rappel, les contrôleurs aériens réclament le droit, pour les organisations représentatives, de négocier des accords spécifiques pour leur profession.

Pour le SNCTA, l'enjeu est majeur au moment où l'aviation civile et le gouvernement réfléchissent à une réorganisation plus productive du travail. En outre, le syndicat souhaite également discuter des mesures d'accompagnement liée au recul de 57 à 59 ans de l'âge limite de départ à la retraite des contrôleurs.

J.M.