BFM Business

CDG Express: "c’est une ligne de touristes d’affaires au détriment des transports du quotidien"

Julien Bayou, élu du groupe Alternative écologiste et sociale continue de réclamer l'abandon du CDG Express, jugé nocif pour les transports du quotidien comme le RER B. La Région plaide elle pour un report à 2025 de cette ligne rapide entre Roissy et Paris.

Le CDG Express continue de susciter les critiques. "On demande l'abandon de ce projet", résume sur BFM Paris ce mardi Julien Bayou, élu du groupe Alternative écologiste et sociale. En cause, l'impact du chantier de cette ligne rapide entre Roissy et Paris sur les transports déjà existants.

"C'est une ligne pour touristes d'affaires, au détriment des transports du quotidien, cette ligne on n'en veut pas", martèle l'élu écologiste. 

Le chantier du CDG Express qui permettra de relier l'aéroport de Roissy à la capitale en 20 minutes devrait causer des perturbations dans les transports, en particulier sur le RER B, dont le tracé suit celui de la nouvelle ligne. Pour tenter de limiter les répercussions, le préfet d'Ile-de-France a proposé lundi un scénario qui consisterait à repousser la mise en service de la ligne à fin 2025 et d'étaler les travaux.

"Une qualité de service public dégradée"

Si cette hypothèse, qui doit encore être validée par le gouvernement, est en partie approuvée par la Région, des élus continuent de mettre en garde contre ce projet.

"Faire ce chantier, c'est repousser l'amélioration du RER B, c'est repousser aux calanques grecques l'accessibilité", appuie Julien Bayou. "Comment voulez-vous inciter les gens à délaisser leur voiture pour prendre les transports en commun si on leur offre une qualité de service public dégradée?", poursuit-il. 

Malgré tout, le potentiel report de 2 ans est vu comme une opportunité. "On prend ces deux ans de plus pour tenter de convaincre les autorités d'écouter les voyageuses et les voyageurs qui disent: 'priorisez les transports du quotidien'", conclut Julien Bayou.

Carole Blanchard