BFM Business

Carlos Ghosn: "La voiture autonome va permettre de sauver 1 million de vies par an"

Le PDG de Renault a rappelé l'importance de la place du groupe automobile sur le marché prometteur de l'automobile électrique et autonome. Selon lui, le basculement vers l'électrique s'opérera d'ici à "2019-2020" grâce à la baisse des coûts.

Invité sur BFM Business ce vendredi matin, le PDG de Renault Carlos Ghosn a défendu l'impact de la voiture autonome sur la vie humaine:

"La voiture autonome va permettre de sauver un million de vie par an. Aujourd'hui, il y a 1,3 million de personnes qui décèdent sur les routes tous les ans dans le monde. C’est la première raison de décès qui n’est pas liée à des raisons médicales. La voiture autonome permet d’éliminer près de 90% de ces causes là".

Le dirigeant est également revenu sur l'annonce de l'investissement de un milliard d'euros en France d'ici à 2022 pour le développement et la production de véhicules électriques. Un choix motivé par le fait que "la technologie a été développée essentiellement en France", indique Carlos Ghosn, rappelant que "quand nous avons pris le pari -et nous étions les premiers- de la commercialisation de masse des véhicules électriques en 2007-2008, nous avons basé la technologie et l’ingénierie en France."

Et Carlos Ghosn d'insister sur la stratégie de Renault en matière de véhicules électriques: "Aujourd’hui, nous amplifions ces investissements.[...] On est leader mondial. On est numéro un. Nous voulons continuer à être numéro un", a-t-il déclaré.

"La voiture électrique, c'est l'avenir"

Selon Carlos Ghosn, tout le monde dans les milieux politiques est convaincu que "la voiture électrique ou zéro émission, c'est l'avenir". "Aujourd'hui, il n'y a pas une grande ville dans le monde qui n'a pas déjà décidé quand elles allaient arrêter le diesel", affirme-t-il.

Aussi Carlos Ghosn table-t-il sur un "basculement" vers l'électrique d'ici "2019-2020". "L'industrie fait une offre qui est très diversifiée, et les coûts de la voiture électrique sont en train de plonger. Acheter une voiture électrique fera sens non seulement sur le plan de l’environnement mais sur le plan économique", assure le PDG de Renault.

"Nous restons en Iran"

Interrogé sur les sanctions américaines contre l'UE et l'Iran, Carlos Ghosn estime que celles-ci ne seront "pas durables". "Les tendances qui consistent à fermer les marchés, à rétablir des taxes, ce n'est pas quelque chose qui est en ligne avec toutes les tendances que l'on voit dans les sociétés dans lesquelles nous vivons", a-t-il indiqué.

À cet égard, il a assuré que la stratégie de Renault en Iran était une "stratégie de long terme": "Nous n’avons jamais quitté l’Iran nous n’avons pas l’intention de le faire. Nous restons en Iran. Nous pensons que l’Iran est un marché important pour nous et tôt ou tard, ce marché rejoindra le concert des marchés mondiaux",.

S'il admet que les mesures prises par Donald Trump rendent "le maintien du business très difficile" en Iran, il dit s'appuyer "sur l'État français" et discuter avec les Américains pour savoir "ce qui est acceptable pour (eux) et ce qui ne l'est pas". D'autant que Carlos Ghosn rappelle que Renault n'est pas directement touché par les sanctions. Néanmoins, le groupe échange avec "des banques" ou des "fournisseurs qui risquent de dire 'nos pièces ne peuvent pas aller en Iran'".

P.L