BFM Business

Canal de Suez: l'Ever Given est finalement remis à flot, le trafic reprend

Poussé par les vents, le porte-conteneurs avait, un temps, repris sa place initiale en travers du canal. Le navire a finalement été remis à flot et le trafic a pu reprendre.

L'Autorité du canal de Suez (SCA) a annoncé lundi la "reprise du trafic" sur cette voie maritime majeure, obstruée depuis près d'une semaine par un porte-conteneurs géant, l'Ever Given, remis à flot.

"L'amiral Ossama Rabie, président de l'Autorité du canal de Suez, a proclamé la reprise du trafic sur le canal" qui voit passer environ 10% du commerce maritime international, a annoncé en milieu d'après-midi la SCA dans un communiqué.

Lundi matin à l'aube, le navire de 400 mètres de long et de plus de 220.000 tonnes, battant pavillon panaméen, avait commencé à bouger, après la libération de sa poupe, immobilisée jusqu'alors sur la rive ouest du canal.

Les manoeuvres se sont poursuivies à l'aide de plusieurs remorqueurs, jusqu'à ce que le navire se retrouve de nouveau brièvement coincé en travers du canal, selon des sites de visualisation du trafic maritime et des témoins sur place.

Peu après 15H15 (13H15 GMT), le navire s'était enfin retrouvé dans le sens de la circulation au milieu du canal, avec sa poupe et sa proue libérées.

"Nous l'avons dégagé!", s'est félicitée dans un communiqué la maison-mère de la société mandatée pour le sauvetage du bateau.

"Je suis ravi de vous annoncer que notre équipe d'experts, en étroite collaboration avec l'Autorité du canal, a remis à flot l'Ever Given à 15H05", a déclaré Peter Berdowski, le PDG de Royal Boskalis Westminster, cité dans le communiqué, félicitant les équipes qui ont fait face à cette "pression (...) évidente et sans précédent".

Selon Boskalis, 30.000 mètres cube de sable ont été dragués et 13 remorqueurs déployés. Le navire se dirige dans une zone hors du canal pour être inspecté, est-il précisé dans le texte.

La remise à flot du navire a été saluée par de nombreux coups de klaxons des bateaux alentours, alors que le navire commençait à remonter lentement vers le nord du canal, ont constaté des journalistes de l'AFP. Des images de chaînes de télévision locales ont montré le bateau en train d'avancer.

Un embouteillage de 425 navires

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'avait pas attendu la fin du renflouement pour se féliciter plus tôt dans la journée d'une opération "réussie", le célèbre canal étant une importante source de revenus pour le pays.

Selon la revue spécialisée britannique Lloyd's List, le blocage a créé un embouteillage de 425 navires, qui attendaient lundi de pouvoir franchir cette voie essentielle au commerce maritime reliant la mer Rouge à la Méditerranée.

Il faudra "trois jours et demi environ" pour tout résorber, a prévenu, Ossama Rabie, président de la SCA, sur la chaîne locale Sadaa al-Balad, ajoutant que le trafic serait maintenu "24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire".

Les conditions météo extrêmes - vents violents et tempêtes de sable - avaient d'abord été blâmées, avant que le chef de la SCA n'évoque la possibilité d'"erreurs, humaine ou technique". Selon Ihab Talaat el-Bannane, ancien amiral égyptien, "l'accident s'est produit dans la partie du canal où le sol est rocheux et qui avait d'ailleurs été le plus difficile à creuser".

L'assureur Allianz a estimé plus que chaque jour de blocage du canal pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars.

La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et plus de 9 milliards de dollars.

Selon les autorités du canal, l'Egypte perdait entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA.

T.L avec AFP