BFM Business

Cacophonie autour de l’assemblage des futures Nissan en France

Avant de prétendre construire des Nissan, les usines de Renault en France doivent gagner en compétitivité, laisse entendre la direction

Avant de prétendre construire des Nissan, les usines de Renault en France doivent gagner en compétitivité, laisse entendre la direction - -

Arnaud Montebourg a assuré, le 18 janvier, que des modèles du partenaire japonais de Renault seraient construits en France. La direction du groupe tempère.

Des Nissan pourront être construites en France... sous conditions. "La signature d'un accord nous mettra en mesure de prendre des engagements sur l'affectation de volumes venant de nos partenaires", indique ce vendredi la direction de Renault dans un communiqué. En somme, la marque au losange tempère l'enthousiasme du ministre du Redressement productif.

Arnaud Montebourg déclarait en effet un peu plus tôt que le PDG du groupe, Carlos Ghosn, l'avait assuré au cours d’une conversation téléphonique avoir donné son accord "pour que Nissan mette du travail sur les chaines de montages françaises du groupe". "C'est cela une association", s'était félicité le ministre du Redressement productif sur BFM TV.

Déjà à l'occasion de la présentation des résultats commerciaux, Jérôme Stoll, le directeur commercial du groupe, avait émis des doutes. Il avait précisé ne pas être en mesure de confirmer les propos du ministre, et que la décision de produire des Nissan dans les usines françaises de Renault n'avait pas été prise.

Les usines françaises doivent d'abord gagner en compétitivité

La possibilité existe. La construction des véhicules d’une marque dans l’usine de son partenaire a déjà cours au sein de l'alliance. Des Nissan sont, par exemple, fabriquées aujourd'hui dans des usines de Samsung Motors, la filiale sud-coréenne de Renault.

Mais avant de transférer cette production, de gros efforts ont été réalisés pour permettre à ces sites industriels de gagner en compétitivité, seule manière de rendre viable l'opération.

Avant d'envisager produire des Nissan dans les usines de Renault, le Français pose comme préalable l'amélioration de la rentabilité de ses usines. Le constructeur mène justement des négociations avec les partenaires sociaux sur ce sujet, qui vont se poursuivre encore pendant encore quelques semaines.

Mathieu Sevin et BFMbusiness.com