BFM Business

CAC 40: les dividendes se reprennent doucement

Les actionnaires des entreprises du CAC 40 devraient voir leurs dividendes progresser pour 2013.

Les actionnaires des entreprises du CAC 40 devraient voir leurs dividendes progresser pour 2013. - -

Certains groupes français ayant annoncé une hausse de leurs résultats annuels en 2013, ont augmenté les dividendes versés à leurs actionnaires, mais de manière limitée.

Les actionnaires des groupes français, pour la plupart en bonne santé financière en 2013, vont toucher des dividendes en hausse au titre de 2013. Mais la prime sera limitée, et pas systématique, en raison du peu de visibilité à long terme sur l'économie.

Les entreprises du CAC 40 profitent généralement de la publication des résultats financiers pour l'année écoulée, qui intervient pour beaucoup entre janvier et février, pour annoncer leur politique de dividende.

37 des 40 groupes de l'indice phare parisien ont annoncé leurs résultats à ce jour. Et "de manière générale, la hausse des dividendes est assez mesurée. Elle est davantage en ligne avec la croissance des bénéfices qui est-elle même mesurée", a constaté Olivier Baduel, un responsable de la gestion chez Amundi.

La prudence de mise

Chez Total, Legrand, Michelin, Safran, L'Oréal, Crédit Agricole et Société Générale, les sommes reversées aux actionnaires vont augmenter. Chez Lafarge, Saint-Gobain, Vinci, Schneider Electric, Danone, EDF ou BNP Paribas, elles vont rester stables.

Chez Technip, en revanche, les dividendes ont progressé plus vite que le chiffre d'affaires, mais c'est l'un des seuls. Un moyen de réconforter les investisseurs échaudés par des performances boursières décevantes.

La prudence de la politique de rétribution des actionnaires peut être imputée à la reprise faible en zone euro, couplée au ralentissement de la croissance dans les émergents. Des phénomènes auxquels les groupes français du CAC, qui réalisent la majeure partie de leurs résultats en dehors de l'Hexagone, sont très sensibles.

Alors que les taux bas ont fait baisser le rendement des obligations d'entreprises, ces dernières sont obligées de proposer des compensations à leurs investisseurs. Pour autant, la hausse des dividendes, majoritairement inférieure à 10%, est bien moindre que le bond de 20% réalisé par l'indice CAC 40 en 2013.

N.G. avec AFP