BFM Business

Bruxelles veut doper le marché des drones civils, Amazon applaudit

La Commission européenne veut harmoniser le cadre réglementaire relatif aux drones

La Commission européenne veut harmoniser le cadre réglementaire relatif aux drones - Philippe Huguen-AFP

La Commission européenne propose un cadre juridique harmonisant la réglementation pour  libérer le potentiel des drones sur le Vieux continent. Amazon, porteur d'un projet de livraison par drone, soutient la démarche.

L'Europe veut faciliter l'usage et la vie des utilisateurs et fabricants de drones confrontés à des réglementations fragmentées en vigueur, parfois obsolètes. La Commission européenne aborde le marché des drones dans le cadre de la présentation de sa stratégie pour assurer une concurrence loyale dans le transport aérien. "L’Europe doit notamment libérer tout le potentiel des drones" affirme l'exécutif européen.

Officiellement, le cadre juridique en préparation vise "à assurer aux entreprises du secteur la sécurité juridique requise, tout en répondant aux préoccupations en matière de respect de la vie privée et de la protection des données, et de sûreté". Une sorte de compromis entre développement de l'activité économique et respect de la vie privée, qui devrait satisfaire l'écosystème lié à ce marché naissant.

Amazon a été le plus prompt à réagir très favorablement à l'initiative de Bruxelles. Son vice-président en charge des politiques publiques, Paul Misener, a publié sur le site Internet de la firme américaine une déclaration dithyrambique: "Nous soutenons l'approche pragmatique, souple et proportionnelle aux risques, propre à l'objectif de régulation des drones que poursuivent les autorités européennes" se félicitant de "l'harmonisation des réglementations entre les pays membres".

Amazon n'est pas prophète aux États-Unis avec ses drones

Le géant américain de l'e-commerce voit dans l'ouverture de l'Europe, le cadre juridique "souple" qui lui fait défaut aux Etats-Unis pour lancer son service de livraison par drone, Prime Air. En dépit d'une autorisation d'effectuer des tests délivrée par l'administration fédérale américaine compétente (la FAA, l'équivalent de la DGAC en France), Amazon fait face à la réticence des autorités vis-à-vis de la généralisation de ce type de livraison de colis par la voie des airs aux États-Unis.

A contrario, la commission européenne propose le maintien de règles proportionnées aux risques présentés par les drones en fonction de leur catégories (poids) et de leur usage (scénario de vol envisagé).

Concernant la sécurité et les aspects de la vie privée de l'exploitation des aéronefs sans pilote, Bruxelles ne prône pas le besoin de nouvelles règles, mais plutôt une meilleure application des règles existantes.

Frédéric Bergé