BFM Business

Brétigny: des anomalies repérées plusieurs mois avant l'accident?

La catastrophe de Brétigny aurait-elle pu être évitée? Les comptes-rendus d'inspection de la SNCF montreraient que des anomalies avaient été repérées dès février.

La catastrophe de Brétigny aurait-elle pu être évitée? Les comptes-rendus d'inspection de la SNCF montreraient que des anomalies avaient été repérées dès février. - -

Des anomalies au niveau de l'aiguillage avaient été repérées plusieurs mois avant la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, affirme jeudi "Le Figaro".

Un rapport accablant. Bien avant la catastrophe de Brétigny, des anomalies auraient été repérées au niveau de l'aiguillage mis en cause, affirme Le Figaro. "Les comptes rendus d'inspection des voies de Brétigny-sur-Orge réalisés entre février 2013 et le 4 juillet, soit huit jours avant le déraillement, lèvent une partie du voile sur l'état des voies au moment de l'accident. Et pointent très clairement des problèmes d'entretien et de maintenance", assure le quotidien, qui s'est procuré ces documents.

Et de détailler que "les fissures du rail N.11301, là où l'éclisse a pivoté sur elle-même, causant le déraillement, avaient bien été repérées par les agents chargés de l'inspection, car elles figurent sur un rapport datant du 4 avril".

Mais "ces constatations n'ont pas été suivies d'effet", souligne le journal qui relève: "le rapport rédigé ce jour-là note même que la traverse jonction double est cassée à coeur, ce qui relève d'une urgence niveau 2, à traiter dans les trois mois."

Un boulon manquant depuis le 21 février

Le Figaro a demandé à des cheminots si l'accident aurait pu être évité, si le rail avait été réparé. "Sans aucun doute", répondent les cheminots".

Ensuite, "selon ces comptes rendus d'inspection des voies, il apparaît que le boulon" manquant de l'éclisse qui en compte quatre "était absent au moins depuis le 21 février". Or "les cheminots que nous avons consultés sont formels: ce boulon, à cet emplacement précis (au milieu), joue un 'rôle primordial'", affime le quotidien.

"Il ressort de ces fiches d'inspection que, depuis février, l'entretoise de liaison n'a pas été serrée et qu'il manque un boulon. Sur les fiches du mois d'avril, le problème est toujours là. La maintenance est donc sous le feu des critiques. Même si les constatations sont faites sur le terrain, elles ne sont pas suivies d'effet", conclut Le Figaro.

Le 24 septembre dernier, le patron de la SNCF Guillaume Pépy n'avait pas écarté un problème de maintenance. "Mais à aucun moment nous n'avons dissimulé quoi que ce soit", avait-il affirmé.

A. K.