BFM Business

Bombardier va-t-il lâcher le ferroviaire?

Bombardier va-t-il céder ses activités ferroviaires?

Bombardier va-t-il céder ses activités ferroviaires? - François Lo Presti - AFP

Les rumeurs deviennent de plus en plus persistantes sur une possible vente. Elle pourrait rapporter 5 milliards de dollars.

La rumeur se fait de plus en plus persistante. Le groupe canadien Bombardier pourrait céder sa branche ferroviaire pour un montant pouvant potentiellement atteindre 5 milliards de dollars américain (4,68 milliards d'euros), rapporte Bloomberg mercredi 15 avril.

La semaine dernière, Reuters avait déjà annoncé que Bombardier étudiait différentes options pour sa branche ferroviaire, dont une cession pour un montant pouvant potentiellement atteindre 5 milliards de dollars américains (4,7 milliards d'euros), afin de répondre aux défis de son activité dans l'aérien.

Le groupe canadien d'aéronautique et de matériel ferroviaire collabore avec des banques sur des options stratégiques pour sa division transport ferroviaire, qui fournit des rames de trains ainsi que des équipements de signalisation et de contrôle, précisaient les sources.

Pas de vente

Pourtant, la semaine dernière, le gouvernement du Québec indiquait avoir obtenu l'assurance que la filiale de matériel ferroviaire du constructeur Bombardier n'était pas à vendre, contrairement à ce que des rumeurs sur le marché laissaient entendre. Il y a un "mouvement mondial de consolidation" en cours dans l'industrie ferroviaire et "il n'est pas exclu que Bombardier participe à cette réorganisation", avait indiqué le ministre dans un communiqué. Dans le cadre de cette restructuration, Bombardier "analyse (...) les différentes possibilités qui lui sont offertes", a-t-il ajouté.

"Ils peuvent décider de faire une fusion d'égaux, une acquisition et aussi de ne rien faire", a-t-il nuancé ensuite sur Radio-Canada. "Je suis très heureux de la confirmation que j'ai pu obtenir (vendredi) sur la volonté de l'entreprise de ne pas vendre sa division Transport", a mentionné le ministre.

D. L. avec Reuters