BFM Business

Ayrault salue la méga-commande pour les chantiers navals de Saint-Nazaire

Une option pour deux navires supplémentaires a également été déposée par MSC.

Une option pour deux navires supplémentaires a également été déposée par MSC. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'armateur MSC a choisi, ce jeudi 20 mars, le chantier de Loire-Atlantique pour construire deux paquebots géants. Un contrat de 1,5 milliard d'euros. Jean-Marc Ayrault a salué " un nouveau succès pour Saint-Nazaire".

C'est un contrat historique pour les chantiers STX-France de Saint-Nazaire. L'armateur italo-suisse MSC Croisières a retenu la société basée en Loire-Atlantique pour construire deux paquebots géants. Ce qui représente un investissement de 1,5 milliard d'euros.

C'est ce qu'a indiqué ce jeudi 20 mars le directeur général France de MSC à l'AFP, Erminio Eschena. Ce dernier a précisé que son entreprise a également posé une option "pour deux autres prototypes de la même série, ce qui doublerait la somme, à 3 milliards d'euros". Il a, en outre, indiqué que la construction des deux premiers bateaux représente 16 millions d'heures de travail.

"C'est 16 millions d'heure de travail, ce qui donne une sécurité pour 2.000 employés pour plusieurs années", s'est félicité Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie sur France Info ce matin. Il y a vu "la preuve de l'excellence de cette entreprise, de l'excellence de ces chantiers avec aussi l'appui des financements à l'export que nous avons perfectionnés depuis deux ans".

Un peu plus tard dans la matinée, Jean-Marc Ayrault a salué un "nouveau succès des chantiers de Saint-Nazaire". "Cette fidélité s'est forgée dans la qualité du travail et le savoir-faire des chantiers de Saint-Nazaire. En effet, l'ensemble de la flotte actuelle de MSC est issue des cales de Saint-Nazaire", a-t-il ajouté.

Une bouffée d'air

Pour les chantiers STX, c'est une bouffée d'air cruciale. Le premier doit être livré au premier semestre 2017 et le suivant au premier semestre 2019.

Le contrat était en bonne partie suspendu à la signature d'un accord de compétitivité sur les chantiers, que plusieurs syndicats de STX-France ont signé fin janvier. La direction avait, en effet, fait valoir que, faute d'un tel accord de compétitivité, le conseil d'administration de l'entreprise ne donnerait pas son feu vert à de nouvelles commandes au prix réclamé par le client.

STX-France faisait face à la concurrence des chantiers italien Fincantieri et allemand Meyer Werft.

Série de bonnes nouvelles

Les bonnes nouvelles s'accumulent ces derniers temps pour les chantiers de Saint-Nazaire, qui emploient 2.000 salariés et font travailler environ 4.000 sous-traitants à pleine charge.

Ils avaient décroché en janvier un contrat de 270 millions d'euros auprès de la compagnie bretonne Brittany Ferries pour construire l'un des plus grands ferries "écologiques" du monde, au gaz naturel.

Le conseil de surveillance de la SNCM vient également de donner son feu vert au président du directoire de la compagnie pour commander quatre ferries à STX France, a-t-on appris mardi.

Enfin, l'américain Royal Caribbean Cruises pourrait passer commande d'un deuxième paquebot de la famille Oasis, dont le premier exemplaire construit par STX France avait coûté un milliard d'euros. Une option avait été posée pour un deuxième et la date limite approche.

J.M. avec AFP (texte) et Emeline d'Harcourt (video)