BFM Business

Avions, locations de voiture: les déplacements des Américains repartent à fond

Tandis que les grandes compagnies aériennes anticipent une hausse de la demande, les prix des locations de voiture flambent à l'approche des congés.

Aux Etats-Unis, alors que la pandémie semble se calmer, les Américains ont soif de déplacements à quelques jours du fameux Sping Break.

Le secteur du transport aérien perçoit quelques signes de rebond. Le géant United Airlines annonce en effet sa volonté de recruter rapidement 300 pilotes de ligne pour faire face à une reprise du trafic.

"Avec les taux de vaccinations qui augmentent et la demande pour les billets qui remonte, j'ai le plaisir de vous annoncer que United va reprendre le processus de recrutement des pilotes qui avait été suspendu l'an dernier", a écrit Bryan Quigley, le responsable des opérations de vol, dans un message aux salariés consulté par l'AFP.

La compagnie constate une hausse de la demande et prévoit pour mai autant de vols vers le Mexique, les Caraïbes et l'Amérique centrale qu'à la même époque en 2019, avant la pandémie.

Hausse du nombre de vols prévus

Même optimisme mesuré de sa concurrente Delta qui a annoncé mercredi qu'elle ne bloquerait plus les sièges du milieu à partir du 1er mai comme elle le faisait depuis le début de la pandémie, afin de pouvoir proposer plus de sièges à la vente.

Delta était la dernière grande compagnie aux États-Unis à proposer cette mesure destinée à garantir une certaine distance dans les avions.

Face à la crise, les grandes compagnies américaines ont massivement été aidées par l'Etat fédéral mais ont dans le même temps mis en place de drastiques réductions de coûts qui se sont traduites par des plans de départ volontaires de salariés.

Locations de voitures: hausse de la demande, pénurie de véhicules

Les pertes ont été abyssales. American Airlines a ainsi perdu 7,3 milliards d'euros l'an passé, un record pour tous le secteur (même si Air France-KLM n'est pas loin avec 7,1 milliards). Quant à Southwest Airlines, la première compagnie low-cost du pays, elle essuie une perte annuelle de 2,5 milliards de dollars. Une première depuis 1972.

Le rebond des déplacements s'observe aussi sur le marché des locations de voiture où les prix sont en train de flamber (jusqu'à 300 dollars par jour pour un véhicule d'entrée de gamme), signe d'une demande en hausse mais aussi d'une pénurie de véhicules.

Comme le rappelle CNN, il y a un an, les voyages aériens se sont pratiquement arrêtés, entraînant une surabondance de voitures de location. Les sociétés de location ont bradé leurs tarifs ou vendu une partie de leurs flottes comme voitures d'occasion pour générer des liquidités dont elles avaient besoin pour survivre à la crise.

Hertz par exemple, actuellement sous le régime des faillites, a cédé 200.000 voitures soit 42% de son parc aux Etats-Unis.

"En raison de la hausse de la demande et du resserrement des flottes dans le secteur de la location de voitures, la disponibilité peut être plus limitée.", explique ainsi le loueur.

Après une année de lourdes pertes, les sociétés de location de voitures ont été incapables de reconstruire leur flotte, en particulier avec les usines automobiles fermées en raison de la pénurie de semi-conducteurs. L'enjeu pour ces entreprises est désormais de reconstituer leurs stocks.

En Europe, reprise en trompe l'oeil

Quid de l'Europe? Avec la troisième vague, les espoirs de reprise sont revus à la baisse mais selon Eurocontrol, on observe une hausse de 19% des vols vers et depuis les aéroports européens depuis deux semaines, soit 1882 vols supplémentaires opérés.

La hausse est particulièrement forte en Espagne (+52%) et en Allemagne (+32%).

Pour autant, avec 11.931 décollages enregistrés le 31 mars 2021 en Europe, le trafic est encore très loin de son niveau d'il y a un an avec -39%.

Cette reprise est associée aux vacances de Pâques et pourrait connaître une rechute rapide compte tenu de la situation épidémique sur le Vieux continent et des nouvelles restrictions mises en place.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business