BFM Business

Avec l'arrêt de la carte iDTGVMax, la SNCF se met 10.000 usagers à dos

-

- - SNCF

La compagnie a annoncé en janvier la suppression d'une offre d'abonnement pour prendre le train en illimité dont bénéficiaient 10.000 usagers qui avaient pour la plupart construit leur vie autour.

La colère monte chez les usagers, teintée de désespoir. À partir du 27 avril, quelque 10.000 détenteurs de la carte iDTGVMax vont devoir trouver une solution pour continuer à prendre le train en illimité. "Mais de solutions, il n'y en a pas, explique Samuel, l'un de ces voyageurs qui s'estiment lésés. J'habite à Aix, ma compagne est à Paris, je ne sais pas comment on va faire pour se voir. Peut-être une fois par mois". Et des témoignages comme celui-ci, il y en a des dizaines sur la page Facebook créée pour l'occasion.

La carte iDTGVMax c'est quoi? Il s'agit d'une offre lancée en 2015 par iDTGV (une compagnie qui appartient à la SNCF) qui permet, moyennant 60 euros par mois, de prendre des iDTGV en illimité. Une offre lancée en janvier 2015 réservée à 10.000 abonnés et que la compagnie nationale a remise en vente début 2016 (en augmentant le tarif de 5 euros) pour permettre à de nouveaux clients d'en profiter. Problème: la SNCF a lancé de nouvelles offres illimitées le 25 janvier dernier... mais réservées aux 16-27 ans. Les porteurs de la carte actuelle qui ont plus de 27 ans n'ont plus qu'à se reporter sur des abonnements Forfait ou Fréquence bien plus coûteux, ou à se mettre en chasse de billets Prem's que la compagnie met en vente au compte-gouttes et qui sont rapidement pris d'assaut.

"La SNCF n'a pas pris conscience à quel point c'était important pour nous"

Pour les usagers nombreux qui avaient construit leur vie autour de cette offre, c'est la douche froide. "Nous n'avons rien vu venir, explique Laurence, abonnée au service depuis un an en couple avec Samuel. Le jour de l'annonce des nouvelles offres, je n'y croyais pas. Je pensais que c'était un oubli. Et puis quelques jours plus tard, nous avons reçu ce mail. La SNCF n'a vraiment pas pris conscience à quel point c'était important pour nous". Le mail en question, le voici. Un courrier promotionnel dans lequel la compagnie iDTGV se félicite du succès de l'opération et souhaite en substance bon vent à ses clients. 

-
- © -

Une annonce qui a d'autant plus surpris que rien ne laissait présager que la compagnie y mettrait fin si brutalement. "Le 2 janvier, dans mon échéancier, iDTGV m'annonçait que je pourrai continuer à profiter de mon abonnement au-delà du 1er mars sauf demande contraire de ma part", explique Samuel. La compagnie a finalement pris les devants en y mettant fin unilatéralement.

Le collectif envisage des poursuites

Du côté d'iDTGV, on explique qu'il s'agissait d'une offre à titre expérimental. À l'occasion d'une réunion organisée ce mercredi avec des usagers mécontents, la compagnie a fait savoir que la carte n'était pas rentable pour elle. Donc fin de l'expérience. Dépités, les usagers ont lancé une pétition en ligne et pris un avocat pour attaquer la décision. Ce dernier explique dans 20 Minutes que rien ne peut contraindre la compagnie à conserver une offre commerciale, mais qu'en revanche la suppression pose des problèmes en l'espèce sur la forme et le fond. Elle aurait d'abord dû signifier la fin du contrat par un recommandé avec accusé de réception. Ensuite, le motif mis en avant par iDTGV ne serait pas valable. "La compagnie explique juste qu’iDTGVMax était une expérience, explique Jonathan Bensaïd, l'avocat et porte-parole du collectif dans 20 Minutes. La fraude, la violence à bord des trains ou le fait de réserver une place sans finalement monter dans le train pouvaient être invoqués par la SNCF mais pas l'expérimentation". 

Aujourd'hui, les usagers envisagent des poursuites judiciaires mais demandent en attendant à la compagnie de pouvoir être transférés sur la nouvelle offre iDTGVMAX des 16-27 ans même s'ils ont dépassé la limite d'âge. "C'est un peu plus cher (79 euros par mois) mais ça reste toujours plus accessible qu'un abonnement Forfait à plus de 700 euros par mois, explique Laurence. Mais je suis très pessimiste. Lorsqu'on interroge iDTGV sur Twitter, on nous dit qu'on pourra "toujours voyager à petits prix grâce aux ouvertures anticipées 2 fois par an. C'est ce qu'on va essayer de faire. Mais le plus probable c'est qu'on voyage beaucoup moins." "Nous sommes un "couple TGV", notre histoire existe notamment grâce à cette offre, je ne sais pas comment nous allons faire maintenant", s'inquiète Samuel. À quelques jours de la Saint-Valentin, la SNCF s'apprête à faire un drôle de cadeau à ses usagers en couple.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco