BFM Business

Après le Rafale, l'Inde retient Airbus et ses C295 pour son armée

Le contrat remporté par Airbus avec son allié Tata est estimé à 1,87 milliard de dollars.

Le contrat remporté par Airbus avec son allié Tata est estimé à 1,87 milliard de dollars. - Airbus Military

L'avionneur fournira 56 avions cargos de transport militaire C295. Il en livrera 16 tandis que 40 autres seront assemblés en Inde par son partenaire industriel Tata.

Airbus n'a pas trop pâti de l'accident de l'A400M mais c'est un autre avion militaire de l'avionneur français, qui a été retenu par l'Inde.

Le ministère indien de la Défense a donné son feu vert à la proposition d'Airbus et du groupe indien Tata pour 56 avions de transport militaire de type C295, un contrat estimé à 1,87 milliard de dollars. 

C'est le conseil d'acquisition du ministère de la Défense, organisme chargé d'approuver les contrats les plus importants, qui a donné son feu vert à l'avionneur européen et à son partenaire industriel Tata Advanced Systems . Les futurs CASA C295 remplaceront des modèles vieillissants, a-t-il précisé.

Ce contrat estimé à 119,30 milliards de roupies (1,87 milliard de dollars) a été approuvé tard mercredi soir avec d'autres commandes d'un montant d'environ 875 millions de dollars, a indiqué le responsable du ministère à l'AFP.

L'offre Tata et d'Airbus était seule en lice

L'offre d'Airbus et Tata était la seule en course. Le projet prévoit qu'Airbus livrera les 16 premiers appareils "prêts à voler" tandis que les 40 autres seront assemblés dans la ville d'Hyderabad (sud) par Tata, ce qui permettrait un transfert de technologie.

L'Inde tente de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine.

Pour Airbus, le contrat conclu avec l'armée indienne confirme le succès à l'exportation que constitue le C295 qui a notamment été retenu par les armées de l'air aux Philippines, en Egypte et au Kazkhastan.

Le conseil indien, présidé par le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, a aussi installé le comité chargé de négocier le détail des 36 Rafale de Dassault que l'Inde a prévu de commander.

Cette commande a été annoncée par le Premier ministre Narendra Modi lors de sa visite en France mi-avril, une décision qui a mis fin aux négociations entamées en 2012 pour l'achat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde.

F.Bergé avec AFP