BFM Business

Après deux ans de bataille, Uber quitte la Hongrie

Uber quitte la Hongrie

Uber quitte la Hongrie - Geoffroy Van der Hasselt-AFP

Uber a annoncé mercredi qu’il quittait la Hongrie à la suite de la promulgation par le gouvernement d’une loi "handicapante" pour la continuité de son activité dans le pays.

Ce départ aura lieu le 24 juillet, soit le jour de l’entrée en vigueur de la loi interdisant l’utilisation d’applications permettant la mise en relation entre particuliers, même si les "conducteurs ont les autorisations et payent leurs taxes d’utilisation de véhicule à des fins commerciales".

Dans de nombreux pays et notamment en Hongrie, Uber était accusé de concurrence déloyale par les taxis disposant de licences classiques. Viktor Orban, président conservateur élu en 2014, a renforcé sa législation pour lutter contre l’application et multiplié les contrôles des chauffeurs. Et pour couronner le tout, la nouvelle loi bloquera pendant un an les services internet de tout prestataire de services de taxi ne disposant pas d’un centre d’appel, comme Uber.

Le directeur général d’Uber en Hongrie, Zoltan Fekete a accusé Budapest de "punir l’innovation au détriment de la concurrence et du consommateur, sans aucun avantage pour l’État". Robbie Khazzam, responsable Uber Europe-centrale, assure quant à lui qu’il "n’abandonnerait pas le pays, espérant à terme redémarrer l’activité dans le pays", soulignant que "la Hongrie est une exception et pas la règle".

F.B avec AFP