BFM Business

Airbus: réunion entre syndicats et direction mardi

-

- - T. Denson - Airbus

""

Le patron d'Airbus Group, l'Allemand Tom Enders, reçoit mardi les syndicats français, inquiets du plan de suppression de 1.164 postes en Europe, avec en particulier la fermeture du site de Suresnes, en banlieue parisienne. L'entretien a été demandé par les syndicats à la suite des craintes suscitées par l'annonce, le 29 novembre, du plan "Gemini", visant à supprimer 1.164 postes, sur les 136.600 employés dans le monde.

"Nous voulons des assurances car on ne veut pas de licenciements secs", a déclaré Jean-Marc-Escourrou, secrétaire chez Airbus SAS (branche aviation commerciale) pour le syndicat FO, premier au niveau du groupe. Les représentants syndicaux sont particulièrement inquiets pour le demi-millier d'employés sur le site de Suresnes (Hauts-de-Seine).

Cette unité de recherche doit être fermée à la mi-2018 dans le cadre du plan de restructuration qui consiste à fusionner à Toulouse les sièges de la branche d'aviation commerciale (Airbus SAS, 70% de l'activité) avec le groupe (Airbus Group SAS), afin de faire naître une nouvelle entité baptisée tout simplement "Airbus".

Ce plan de rationalisation, qui ne concerne que les fonctions administratives et non opérationnelles, vise en particulier à regrouper à Toulouse les différentes unités de recherche actuellement disséminées en France. Sur les 1.164 postes à supprimer, 640 se trouvent en France (Suresnes, Toulouse et Marignane); 429 en Allemagne, principalement à Hambourg, Brême, Ulm et Ottobrunn ; 39 en Espagne ; 54 au Royaume-Uni ; un en Belgique et un en Inde, selon la direction.

N.G. avec AFP