BFM Business

Airbus n'en finit plus de pâtir des problèmes de l'A400M

L'A400 n'en est pas à son premier problème

L'A400 n'en est pas à son premier problème - Carmin Jaespersen - AFP

"Après le logiciel de contrôle, ce sont les boîtes de vitesse de son avion militaire qui posent d'importantes difficultés à Airbus. Ce qui va générer retards et surcoûts."

Nouveaux problèmes pour l'A400M. L'avion militaire d'Airbus continue de rencontrer des difficultés. Depuis son lancement en 2003, l'A400 M accumule, en effet, les pépins de fabrication. Après le logiciel de contrôle de l'appareil, ce sont les boîtes de vitesse des moteurs qui posent aujourd'hui problème.

Ce contretemps va entraîner un nouveau retard de production, et donc une remise à plat du calendrier de livraison.

Conséquence: le coût du programme qui est de 31 milliards d'euros contre 20 milliards au lancement du projet en 2003 risque de déraper de nouveau. En effet Tom Enders, le patron d'Airbus Group, n'exclut pas une charge financière liée à ce problème.

Un impact "significatif"

Il a toutefois refusé de chiffrer ce nouveau dérapage, tout en reconnaissant néanmoins qu'il pourrait être "significatif", évoquant "un sérieux défi de production et de livraison aux clients".

Car outre de nouveaux investissements indispensables pour remettre à niveau les boites de vitesse, et corriger les défauts sur les exemplaires en service, Airbus va devoir payer des pénalités de retard aux différents clients de l'avion.

Des états qui reçoivent au compte-goutte le nouvel avion de transport militaire. Jusqu'à présent, Airbus espérait livrer une vingtaine d'A400M cette année contre onze en 2015.

Mathieu Sévin, édité par J.M.