BFM Business

Air France : une augmentation de 6% n'est "pas possible" selon le PDG

Jean-Marc Janaillac, PDG du groupe Air France-KLM.

Jean-Marc Janaillac, PDG du groupe Air France-KLM. - Emmanuel Dunand / AFP

Jean-Marc Janaillac, le patron de la compagnie aérienne, a estimé qu'une telle augmentation de salaire "remettrait en cause les efforts" de la compagnie en terme de compétitivité et empêcherait de "préparer l'avenir".

L'augmentation de 6% réclamée par les salariés d'Air France "n'est pas possible" car elle "remettrait en cause les efforts" de la compagnie en terme de compétitivité et compromettrait de futurs investissements, a assuré vendredi le PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac sur RTL.

"Cette augmentation n'est pas possible pour deux raisons: elle remettrait en cause les efforts qui ont été effectués ces dernières années pour rattraper le retard de compétitivité d'Air France et elle ne permettrait pas de préparer l'avenir, c'est-à-dire d'acheter des avions, créer des emplois alors que Air France n'est pas au niveau des autres compagnies européennes en termes de rentabilité", a déclaré Jean-Marc Janaillac. Selon lui, "chaque jour de grève coûte 25 millions d'euros" à la compagnie.

Sept jours de grève programmés

Pilotes, PNC (personnel navigant commercial) et personnels au sol réclament une revalorisation des salaires de 6%, jugeant insuffisante la politique salariale de l'entreprise, compte tenu des efforts passés des salariés et des bons résultats de la compagnie en 2017.

Les organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et Sud), ont déjà mené quatre jours de grève (22 février, 23 et 30 mars et 3 avril) et en ont programmé sept autres (7, 10, 11, 17, 18, 23 et 24 avril).

Evoquant le bénéfice d'exploitation du groupe Air France-KLM qui s'est élevé à 1,4 milliard d'euros en 2017, M. Janaillac a précisé qu'Air France n'avait "fait que 600 millions d'euros, et c'est la compagnie, avec 4% de résultat opérationnel, la moins rentable de toutes les compagnies européennes".

"Nous avons fait profiter les salariés de ces résultats puisque l'intéressement a plus que doublé cette année, ce qui représente une augmentation de 2% du salaire, ce qui veut dire que la masse salariale cette année chez Air France va augmenter de 4,5%", a-t-il poursuivi.

J.-C.C. avec AFP