BFM Business

Air France met fin aux contrôles d’identité à l’embarquement

VIDÉO - Avec la levée de l'état d'urgence, la compagnie aérienne a décidé de ne plus procéder aux contrôles d'identité des passagers lors de l'embarquement des vols. Les syndicats de pilotes s'inquiètent.

Une mesure loin de faire l’unanimité. Lundi, Air France a mis un terme aux contrôles d’identité des passagers à l’embarquement sur le territoire français. En d’autres termes, la compagnie ne s’assurera désormais plus de la concordance entre le nom inscrit sur le billet et une pièce d’identité avant d’autoriser le passager à monter à bord de l’appareil, rapporte Le Figaro. Les filiales Hop! et Transavia sont également concernées.

Le contrôle mis en place à titre provisoire en 2016 à la demande des autorités françaises, a été abandonnée en raison de la "levée de l’état d’urgence", remplacé depuis le 1er novembre par la loi antiterroriste qui ne prévoit pas ce type de disposition, explique un porte-parole d’Air France. La compagnie a donc décidé d’y mettre fin. Objectif: gagner du temps lors de l'embarquement afin de limiter les éventuels retards.

"Au moindre souci, on ne pourra pas identifier le passager qui aura utilisé un billet"

Reste que cette décision inquiète certains représentants du personnel de la compagnie. À commencer par le SPAF (syndicat des pilotes d’Air France):

"Au moindre souci, on ne pourra pas identifier le passager qui aura utilisé un billet. Avec cette mesure, vous pouvez avoir un passager dans l’avion qui vient pour essayer de commettre un acte de malveillance. Heureusement, les bagages sont filtrés mais globalement, vous pouvez très bien avoir un passager dans l’avion qui a fait acheter son billet par quelqu’un d’autre pour de mauvaises raisons", indique le président du SPAF, Grégoire Aplincourt, sur Europe 1.

Présent à bord d’un vol Paris-Nice, Christian Estrosi s’est fendu d’un message sur Twitter pour faire part de sa colère: "Navette Air France de 6h30 entre Paris et Nice: plus de contrôle d’identité. Inacceptable. Je demande le rétablissement pour toutes les compagnies", a-t-il écrit.

Air France se défend de réduire les mesures de sécurité

Pour le directeur de la sûreté aérienne d’Air France, Gilles Leclair ces critiques sont infondées:

"Les personnes qui se présentent à la porte d’embarquement sont censées être sécurisées, puisqu’elles sont passées à l’inspection-filtrage et qu’elles ont subi les contrôles habituels, c’est-à-dire un contrôle de leur bagage cabine au rayon X et parfois un contrôle d’éventuelles traces d’explosifs. Les personnes qui arrivent à l’embarquement […] ne constituent pas un problème de sécurité lorsqu’elles montent dans l’avion", a-t-il déclaré sur Europe 1.

À noter par ailleurs que la concordance entre l’identité du passager et le nom inscrit sur son billet est toujours vérifiée au moment de la dépose des bagages au comptoir d'enregistrement. Et que trois pays d'Europe imposent toujours aux compagnies aériennes le contrôle à l'embarquement: l'Italie, le Portugal et l'Espagne. Attention donc à ne pas oublier votre carte d'identité ou votre passeport si vous partez en week-end à Rome, à Lisbonne ou à Madrid.

P.L