BFM Business

Air France: les pilotes prêts à s'impliquer dans le redressement de la compagnie

Air France va désormais pouvoir négocier les termes de son plan Perform 2020

Air France va désormais pouvoir négocier les termes de son plan Perform 2020 - Fabrice Coffrini - AFP

Le SNPL Alpa, premier syndicat des pilotes de la compagnie a voté ce jeudi la réouverture des négociations avec la direction sur le plan Perform 2020 visant à rendre le groupe plus compétitif.

Les pilotes font un pas vers la direction d'Air France. Ce jeudi 10 octobre, le puissant SNPL Alpa, premier syndicat chez les pilotes de la compagnie aérienne, a approuvé la reprise des négociations avec la direction du groupe qui entend finaliser leur engagement dans son plan de redressement de la compétitivité d'ici à 2020.

"Le conseil a approuvé à l'unanimité la participation du SNPL aux négociations avec la direction d'Air France sur 'Perform 2020' à partir de la réunion du 18 septembre", a précisé un porte-parole.

Une réunion est prévue vendredi mais le SNPL veut laisser passer l'audience du tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny, prévue le 17 septembre à 16h00, sur la plainte d'Air France contre le syndicat concernant les négociations du plan précédent, "Transform 2015", a ajouté le porte-parole. Air France s'est abstenu de commentaire sur ce sujet.

Améliorer la compétitivité

L'enjeu est majeur. Et il concerne en priorité le réseau long-courrier d'Air France. A peine plus de 50% de ces lignes sont actuellement rentables. Frédéric Gagey, le PDG d'Air France, souhaite atteindre les 80% d'ici à 2017. Ce qui suppose notamment que le personnel navigant passe davantage de temps en vol sur l'année, comme le prévoit le plan Perform 2020.

La direction souhaite notamment que le personnel navigant s'aligne sur les conditions de travail de ses concurrents européens, British Airways et Lufthansa. Cela suppose, selon la direction, une augmentation du temps passé à bord des avions de 15% à 20% pour un salaire équivalent.

Pour mettre la pression sur les syndicats et les inciter à poursuivre les négociations, Air France avait indiqué avoir en réserve un plan B qui prévoit 10% de dessertes en moins sur le long courrier. Ce qui voudrait dire qu'une dizaine d'avions en moins circulerait. Or chaque avion long-courrier fait, selon les syndicats, travailler autour de 350 personnes sur une année.

Toutefois à ce bâton, la direction a également ajouté une carotte. Si les syndicats acceptent une hausse de 10% de la productivité, Air France s'engage à ouvrir de nouvelles lignes et à moderniser les flottes avec la mise en service dès l'an prochain des Boeing Dreamliner (787). De nouveaux investissements pourraient également être lancés, de même que de nouvelles alliances commerciales.

J.M. avec Reuters