BFM Business

Air France : la prime de Gourgeon remise en cause par l’Etat et les syndicats

BFM Business

Après la révélation d'une prime de non concurrence de 400.000 euros versée à son ancien PDG, Henri Gourgeon, Air France est de nouveau dans la tourmente. L’Etat, les syndicats et le Medef sont indignés par cette prime versée à cet ex-PDG pourtant limogé.

En octobre dernier, le conseil d’administration de la compagnie Air France décide d’éjecter Pierre Henri Gourgeon. Le conseil propose alors au PDG une indemnité de non concurrence de 400.000 euros.

Mais, la mesure indigne les syndicats qui s’insurgent contre un tel cadeau offert par la direction qui prône en même temps un vaste plan d’économie.

Aussi, le MEDEF est irrité par cette prime. Laurence Parisot a d’ailleurs rappelé que quand une entreprise est en situation d’échec, le dirigeant sortant ne doit pas recevoir de golden parachute.

Le gouvernement, lui, surenchérit et passe à l’offensive. Détenant 15% d’Air France, l’Etat a demandé à son représentant de voter contre cette prime lors de l’Assemblée générale du groupe qui aura lieu jeudi. Les actionnaires pourraient faire de même. Mais cette fronde pourrait s’avérer stérile.

Les 400.000 euros ont déjà été versés et même si l’assemblée générale ne valide pas la prime, elle resterait juridiquement valide.

Céline Bruel et Julien Jacquet