BFM Business

Air France attaqué en justice par la Deutsche Bahn

-

- - Stéphane de Sakutin - AFP

La compagnie ferroviaire allemande a, ce dimanche 30 novembre, attaqué en justice plusieurs compagnies aériennes dont Air France, les accusant de s'entendre sur les tarifs du fret aérien. Sa propre filiale serait pénalisée par ces ententes sur les prix.

La Deutsche Bahn passe à l'offensive. La compagnie ferroviaire allemande a ainsi annoncé dimanche 30 novembre qu'elle allait porter plainte contre plusieurs compagnies aériennes, dont Air France et la Lufthansa.

Elle les accuse d'entente sur les tarifs du fret aérien au détriment de sa filiale fret, Schenker.

Confirmant des informations de presse, un porte-parole de la Deutsche Bahn a indiqué dimanche à l'AFP que les plaintes sont déposées à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, siège de Lufthansa, et à New York.

Cette dernière plainte déposée à New York concerne le marché américain, et vise notamment Air France.

Un préjudice en "milliards d'euros"

Dans un communiqué diffusé dimanche, la Deutsche Bahn évoque un préjudice qui se monterait "en milliards" d'euros et estime que l'entente pourrait être l'une des plus importantes "de l'histoire de l'économie".

Selon l'hebdomadaire économique allemand Wirtschaftswoche, la compagnie ferroviaire allemande réclamerait environ deux milliards d'euros de dommages et intérêts.

La plus grande partie de cette somme, soit 1,2 milliard d'euros et 560 millions d'intérêts concernerait Lufthansa, car elle aurait joué un rôle "de premier plan", a déclaré à l'hebdomadaire économique Gerd Becht, directeur juridique de Deutsche Bahn. "Nous ne pouvons tolérer que ces pertes ne nous soient pas remboursées", a-t-il fait valoir.

17 compagnies dans le collimateur

La Deutsche Bahn indique qu'elle tiendra une conférence de presse lundi sur le sujet. Cette entente concernerait dix-sept compagnies aériennes, écrit dimanche le Süddeutsche Zeitung sur son site internet. Outre la Lufthansa et Air France, British Airways, Japan Airlines Qantas Airways , Martinair Holland et All Nippon Airways seraient concernées.

Cette entente avait déjà donné lieu à des amendes infligées par Bruxelles et par les autorités américaines. En novembre 2010, la Commission européenne avait ainsi infligé près de 800 millions d'euros d'amende à onze compagnies. L'entente, découverte en 2007, avait perduré de 1999 à 2006. Elle portait sur le montant de surtaxes pour le carburant ou la sécurité. Les victimes présumées de cette entente disposaient de leur côté de la possibilité d'engager des poursuites de leur propre initiative.

J.M. avec AFP