BFM Business

Air Berlin: Etihad met la pression sur le gouvernement allemand

Le gouvernement allemand semble réticent.

Le gouvernement allemand semble réticent. - Karim Sahib - AFP

Etihad a mis en place des vols en partage de code avec Air Berlin dont il est le principal actionnaire. Mais le gouvernement allemand tarde à donner son accord.

Etihad Airways en a marre de patienter. La compagnie aérienne émiratie, qui attend le feu vert de Berlin pour ses vols en partage de code avec son partenaire allemand Air Berlin, a saisi vendredi le tribunal administratif de Brunswick (nord) contre le gouvernement allemand. "Etihad Airways a déposé ce matin une demande en injonction afin de protéger ses vols en partage de code avec Air Berlin", a déclaré la compagnie aérienne dans un communiqué.

Le transporteur aérien émirati a indiqué qu'il ne pouvait plus "attendre que le gouvernement allemand prenne une décision" pour autoriser ses vols en partage de code avec la compagnie Air Berlin "vers 29 destinations en Europe, aux USA et aux Emirats arabes unis". En tout, "82.000 vols" de la saison d'hiver 2015-2016, qui débute avec le passage à l'heure d'hiver le dimanche 25 octobre et s'achèvera le 31 mars 2016, sont concernés par ce partenariat en attente d'un feu vert, précise la compagnie, qui ajoute que "les passagers ont déjà réservé leurs billets".

Pas de vols en partage de code entre l'Allemagne et Abu Dhabi

"Etihad n'a pas eu d'autre possibilité que de déposer une demande en injonction au tribunal administratif de Brunswick" car le gouvernement n'a toujours pas pris de décision, a poursuivi le transporteur, basé à Abu Dhabi.

Alors que la date butoir approche à grand pas, Berlin est réticent à donner son accord. "Le traité portant sur les relations aériennes entre l'Allemagne et les Emirats arabes unis n'autorise pas tous les vols en partage de code" que souhaite obtenir la compagnie, a expliqué mercredi dans la presse le ministère allemand des Transports.

Deuxième compagnie aérienne allemande, le groupe Air Berlin, détenu à 29% par Etihad depuis 2011, est en difficulté depuis plusieurs années. Pour la compagnie berlinoise, qui a déjà diminué de 10% ses effectifs en 2013 et pourrait annoncer un nouveau plan social, ces vols en partenariat avec son principal actionnaire sont une question de survie.

D. L. avec AFP