BFM Business

Afflux de clients pour la SNCF, toujours en grève

La SNCF s'est efforcée samedi d'acheminer des milliers de clients touchés par la fermeture des aéroports en plein chassé-croisé des vacances de printemps en dépit de la poursuite, pour le 11e jour, de la grève des cheminots. /Photo prise le 7 avril 2010/R

La SNCF s'est efforcée samedi d'acheminer des milliers de clients touchés par la fermeture des aéroports en plein chassé-croisé des vacances de printemps en dépit de la poursuite, pour le 11e jour, de la grève des cheminots. /Photo prise le 7 avril 2010/R - -

PARIS - La SNCF s'est efforcée samedi d'acheminer des milliers de clients touchés par la fermeture des aéroports en plein chassé-croisé des...

PARIS (Reuters) - La SNCF s'est efforcée samedi d'acheminer des milliers de clients touchés par la fermeture des aéroports en plein chassé-croisé des vacances de printemps en dépit de la poursuite, pour le 11e jour, de la grève des cheminots.

Le mouvement a été reconduit dans plusieurs régions mais conducteurs et contrôleurs ont repris le travail dans le sud-est de la France et en Auvergne.

La SNCF a annoncé le renforcement de ses liaisons internationales, les aéroports de la moitié nord de la France étant fermés jusqu'à lundi matin en raison du nuage de cendres venu d'Islande.

Au total, la compagnie ferroviaire a proposé 8.500 places supplémentaires, dont 6.100 sur le seul Eurostar assurant la liaison avec la Grande-Bretagne, précise un communiqué.

Pour dimanche, la SNCF prévoyait de faire rouler 90% des TGV, 78% des TER dans les régions françaises, 77% des trains Intercités et 63% des trains Corail et Téoz.

Près de 900.000 voyageurs devaient être acheminés durant le week-end par la compagnie. Selon son porte-parole, aucun taux de participation à la grève ne sera diffusé durant le week-end.

Malgré son faible impact sur le trafic, le mouvement lancé par les syndicats CGT Cheminots et Sud-Rail est le plus long conflit social depuis la réforme des régimes spéciaux de retraite en 2007.

La poursuite du mouvement a été votée dans plusieurs régions jusqu'à dimanche ou lundi mais la grève a été suspendue dans les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Auvergne et à Nancy, selon la CGT Cheminots.

Les discussions entamées au niveau des régions entre la direction et les grévistes, qui réclament des mesures pour l'emploi, les salaires et le fret, laissent entrevoir une porte de sortie au conflit.

MÉSENTENTE SYNDICALE

Dans un communiqué, la CGT Cheminots affirme que les discussions engagées localement "progressent d'heure en heure" et peuvent constituer des "points d'appuis" en vue de la table ronde prévue le 21 avril avec la direction.

Néanmoins, le syndicat appelle les cheminots "à maintenir leur mobilisation pour obtenir là où ce n'est pas le cas des annonces et engagements des directions" régionales.

Soulignant que la grève continue à Toulon et à Avignon, notamment, Sud-Rail semble toujours déterminé à poursuivre le mouvement, qualifiant les discussions dans les régions de "supercherie."

"La tendance n'est pas à la reprise, bien au contraire", dit le syndicat dans un communiqué.

La mésentente règne entre les deux syndicats - sur quatre - engagés dans le conflit, Sud-Rail accusant la CGT de pencher vers les réformistes (Unsa et CFDT) et d'avoir accepté trop facilement les discussions régionales.

L'issue du mouvement, présenté comme un bras de fer entre le secrétaire général de la CGT Cheminots, Didier Le Reste, et le président de la SNCF, Guillaume Pepy, pourrait peser sur l'influence du premier syndicat et le dialogue social dans l'entreprise.

Gérard Bon, avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Jean-Loup Fiévet