BFM Eco

À Strasbourg, les bus s'arrêteront à la demande des femmes dès lundi pour prévenir les agressions 

Des bus de nuit en juin 2017 (Photo d'illustration).

Des bus de nuit en juin 2017 (Photo d'illustration). - LUDOVIC MARIN / AFP

Un nouveau dispositif lancé à partir de lundi à Strasbourg proposera des arrêts de bus à la demande des femmes sur certaines lignes de bus pour renforcer leur sécurité de nuit.

À Strasbourg, dès lundi, les femmes vont pouvoir descendre des bus de nuit à leur convenance afin d'éviter le harcèlement de rue. France Bleu Bas-Rhin rapporte que la Compagnie des transports strasbourgeois souhaite expérimenter l'arrêt à la demande pour davantage de sécurité. 

Désormais, entre 22 heures et minuit, les femmes seules ou celles accompagnées d'enfants pourront demander au chauffeur de s'arrêter entre deux arrêts, au plus près de leur domicile, afin de prévenir d'éventuelles agressions nocturnes. Il leur suffira de le signaler au chauffeur dès leur entrée dans le bus, et celui-ci sera alors contraint de s'arrêter, en prenant soin de respecter les conditions de sécurité.

Cette expérience, proposée le 8 mars dernier à l'occasion de la journée des droits de la femme, va être mise en place dans la ligne de bus 24 qui relie l'Ancienne douane et Neuhof Stéphanie, explique France Bleu, sur une durée de six à neuf mois. La Compagnie des transports strasbourgeois évaluera ensuite la pertinence ou non de ce dispositif. Si l'expérience est concluante, cela pourrait être étendu à d'autres lignes de bus.

"Ce dispositif permet de renforcer la sécurité la nuit en réduisant le temps de trajet à pied", justifiait Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg, dans une publication Facebook datant de mars dernier.

Ce genre de dispositif est déjà expérimenté dans d'autres villes françaises, parmi lesquelles Paris, notamment en Seine-et-Marne et en Seine-Saint Denis, ou encore dans l'agglomération grenobloise. 

Jeanne Bulant