BFM Business

Yann Le Cun: les machines ne vont pas dominer l'humanité... "sauf si elles sont construites pour cela"

L'intelligence artificielle va-t-elle conduire à la domination des machines sur les hommes? Rien n'est moins sûr, explique le directeur de la recherche fondamentale chez Facebook, qui rappelle que les films catastrophes se basent davantage sur un système de pensée humain qu'artificiel.

2001 l'odyssée de l'espace, Terminator, I Robot… Hollywood a accouché d'une quantité incroyable de films mettant en scène l'intelligence artificielle. Et généralement, le processeur finit par prendre le pas sur l'humain, relégué à un être inférieur face à la machine toute-puissante…

Ce scénario apocalyptique, Yann Le Cun n'y croit pas. Le spécialiste mondial de l'IA rappelle que ces "fantasmes" sont avant tout une "projection de la nature humaine sur les machines".

Dans ces films, "à partir du moment où les machines deviennent intelligentes, elles veulent prendre le pouvoir. Cette idée n'a pas lieu d'être. La raison pour laquelle on pense que l'intelligence est associée au désir du pouvoir, c'est parce que le seul exemple d'intelligence avec lequel on est familier, c'est l'espèce humaine" assure le directeur de la recherche fondamentale chez Facebook, lauréat du prix Turing 2019.

Testostérone plutôt qu'intelligence

Or, l'espèce humaine est "une espèce sociale avec une organisation hiérarchique et on ne peut pas survire sans pouvoir influencer nos semblables. Donc il y a forcément des relations d'influence, parfois de domination" explique le chercheur. Et de conclure: "Même dans le contexte de l'humanité, la volonté de dominer n'est pas liée à l'intelligence, elle est liée à la testostérone."

Selon ce principe, les machines ne voudront donc pas dominer l'humanité. "Sauf si elles sont construites pour cela", tempère-t-il, soulignant qu'il existe toujours une face sombre dans le développement des technologies. Et la meilleure protection contre les dérives, c'est "la force de nos institutions démocratiques" explique-t-il.

"On voit les dérives déjà, dans les pays un peu autoritaires dans lesquels la reconnaissance faciale est largement déployée, en Chine notamment. Ce qui me fait un peu mal car les technologies utilisées pour cela sont directement tirées de mes travaux des années 1980 et 1990" souligne-t-il.

Yann Le Cun à la Librairie de l'éco

Directeur de la recherche fondamentale chez Facebook, Yann Le Cun est aussi professeur à la New York University. Cette année, il a remporté le prix Turing 2019, équivalent du Nobel d'informatique. Il publie "Quand la machine apprend", aux éditions Odile Jacob.

>>Le principal défi de l'intelligence artificielle du futur >>Pourquoi la vidéo du massacre de Christchurch n'a pas été coupée plus tôt par Facebook

Thomas LEROY